Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les professionnels du tourisme font face à un été "chaotique" dans l'Hérault

-
Par , France Bleu Hérault

Après un début de saison très timide, l'été et les vacanciers semblaient être enfin arrivés dans l'Hérault depuis la mi-juin, mais les flux de touristes sont irréguliers, à l'image d'une saison imprévisible pour les professionnels.

Les vacanciers réservent régulièrement quelques jours seulement avant leur arrivée
Les vacanciers réservent régulièrement quelques jours seulement avant leur arrivée © Radio France - Elena Louazon

Il faut être patient cet été quand on est professionnel du tourisme. À la Grande-Motte, on alterne depuis le début du mois entre arrivées massives de vacanciers et périodes de creux. Une situation que la station balnéaire n'avait encore jamais connue

Des vacanciers de dernière minute

Il y a deux semaines, le Camping The Garden, un camping familial proche de la plage était plein à l'occasion du pont du 14 juillet. Puis, en quelques heures, tout s'est vidé. Inédit pour le gérant, Pascal Besse, qui a du mal à s'organiser. "On est sollicités du jour au lendemain, du matin pour le soir, raconte-t-il. On n'a pas de repères du tout. Le remplissage se fait de façon très, très aléatoire, c'est à dire qu'on alterne les réservations et les annulations.

Actuellement on a encore de la place pour le mois d'août, alors que généralement, on est complets depuis au moins sept ou huit semaines". Une situation inédite, qui entraîne une organisation inédite : le gérant doit articuler gestion quotidienne de son établissement et réponses au téléphone pour les réservations, tâche dont il est normalement débarrassé une fois la saison commencée.

La sensation de naviguer à vue est partagée avec ses confrères restaurateurs ou vendeurs. À deux pas de la plage, Sarah tient une boutique de vêtement. "Le mois de mai, c'était une catastrophe. Les gens avaient peur. Puis juin ça a été un bon mois, ils se sont lâchés. Et en juillet, ça avait bien démarré aussi. Mais là, c'est calme.", regrette-t-elle, attribuant cette nouvelle baisse à la fin du mois, mais aussi à l'obligation de porter le masque dans les lieux fermés, entrée en vigueur il y a quelques jours.

Quelques rares établissements s'en sortent mieux que d'autres, mais dans l'ensemble, les professionnels s'accordent d'ores et déjà à qualifier cette saison de "chaotique".

95% de fréquentation

Si les restaurants, bars, magasins de plage, se plaignent d'une consommation en dents de scie, la fréquentation globale de la station est très forte, proche des taux des années passées. "Il y a 95% de la fréquentation qu'il y a habituellement, souligne Jérôme Arnaud, le directeur de la station de la Grande-Motte. Mais derrière ce chiffre, il n'y a rien de normal : tous les paramètres ont été modifiés. Ça donne une apparence d'une activité touristique qui a repris.

En réalité, derrière, il n'y a pas un professionnel qui reconnaît ce qu'il se passe. Par exemple, on aura moitié moins de clientèle internationale. C'est une absence qui est compensée par un peu plus de clientèle nationale. Autre exemple, les personnes qui louent habituellement leur résidence secondaire à des vacanciers ne l'ont pas fait et occupent leur logement pour leurs propres vacances, avec des pratiques de consommation, de loisir, qui sont différentes, observe-t-il.

C'est vraiment une saison qui n'est pas simple, mais malgré tout, c'est une saison qui se fait. Il y a trois mois en arrière, on aurait signé pour avoir ce niveau-là d'activité aujourd'hui"

Jérôme Arnaud, le directeur de la station de la Grande-Motte, dresse un premier bilan plutôt positif de la saison

Choix de la station

À venir dansDanssecondess