Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

"Les raisins de la misère" : le livre choc sur les châteaux du Bordelais

mardi 2 octobre 2018 à 17:14 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde

Le livre signé Ixchel Delaporte est publié ce mercredi. Il témoigne de la vie des ouvriers agricoles dans le vignoble de la région bordelaise. Loin du faste et du luxe des prestigieux châteaux qui les emploient.

Dans les vignes du Médoc. (Illustration)
Dans les vignes du Médoc. (Illustration) - © Maxppp

Bordeaux, France

Ça s'appelle "Les raisins de la misère, enquête sur la face cachée des châteaux du Bordelais" et c'est un livre coup de poing qui est publié ce mercredi aux éditions du Rouergue. L'auteure Ixchel Delaporte est une journaliste qui évoque la vie des travailleurs dans le vignoble le long de ce qu'on appelle le couloir de la pauvreté, du Médoc au sud Gironde, le long de la Garonne. Elle a mené une enquête de terrain dans les plus prestigieuses appellations.  

Des témoignages saisissants

Ixchel Delaporte a été "choquée de l'écart démentiel entre le luxe des grands châteaux et la pauvreté des gens qui y travaillent". Alors elle raconte. Asma et ses deux enfants qui, quand elle les rencontre, n'ont plus mangé de viande depuis 15 jours et vivent à Pauillac dans un petit studio délabré. Le papa José travaille dans la vigne. Chaque matin, une camionnette passe à 7h pour l'emmener avec des Marocains nettoyer des parcelles à une vingtaine de kilomètres de là. Ixchel Delaporte raconte aussi André 65 ans, ses 5 enfants, ses 15 petits-enfants, tziganes sédentarisés qui vivent dans des cabanons au milieu du Sauternais. Elle raconte encore Françoise à La Réole, opérée deux fois du dos après dix ans dans les vignes et qui a dû reprendre son poste pour gagner un peu d'argent. 

Des prestataires de service qui fixent les règles

La parole des responsables des châteaux est elle quasiment absente. "Ils sont déconnectés de ce qui se passent chez eux" explique Ixchel Delaporte. Ils font le plus souvent appel à des prestataires de service qui fixent les règles. "Quand on veut les interroger, explique l'auteure, ils préfèrent le silence plutôt que risquer une réponse maladroite". Avec ce livre, la journaliste espère "mettre en lumière une réalité ignorée". "Je ne mesurais pas la violence des inégalités", conclut-elle.