Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Les refuges de montagne pourraient rouvrir à partir du 2 juin en Savoie et en Haute-Savoie

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu, France Bleu Isère

Emmanuelle Wargon avance la date du 2 juin pour une réouverture sous conditions des refuges de montagne en France. Réactions prudentes dans le massif du Mont-Blanc et dans le Parc national de la Vanoise.

Refuge de la Leisse en Vanoise
Refuge de la Leisse en Vanoise - Justin Meunier

Les refuges en montagne pourraient rouvrir dès le 2 juin. La secrétaire d'État à la Transition écologique Emmanuelle Wargon a annoncé sur Europe 1 ce jeudi matin qu’elle proposerait au Premier ministre Edouard Philippe de rouvrir les refuges en montagne le 2 juin, sous conditions. Ce 2 juin a des allures de pics à conquérir. Une voie ouverte qui reste à tracer. Les conditions sont drastiques : une baisse des capacités d’accueil, des repas décalés, plus de nettoyage et des réservations obligatoires. Il n'y a pas plus de détails pour l'instant.  

Une perspective encore floue vue du Mont-Blanc

Antoine Ratin, guide haute montagne, coordonne les refuges de la voie normale du Mont-Blanc en Haute-Savoie :  le Goûter, le Nid d'aigle ou encore Tête-rousse. 10.000 passages par saison et une trentaine d'employés. "Ce 2 juin est au moins une perspective. On espère que nos collègues de la vallée auront la même. Après, il nous manque le détail toutes les mesures sanitaires." 

Le refuge du goûter dans le massif du Mont-blanc (Haute-Savoie).
Le refuge du goûter dans le massif du Mont-blanc (Haute-Savoie). © Radio France - Francis Gaugain

Ouvrir le 2 juin est-ce jouable ? "Les journées ne font que 24 heures. Nos fournisseurs seront-ils prêts ? On sera sûrement obligés de décaler un peu." Ouvrir avec une capacité réduite de moitié par exemple, est-ce rentable ? "Si vous me poussez dans mes retranchements, je vais vous dire qu'en divisant par deux la fréquentation, ce n'est pas viable."

"Il est hors de question de créer un foyer de contamination dans un refuge (...) Mais nous ne sommes pas des hôtels." - Antoine Ratin refuge du Goûter

Les mesures sanitaires sont-elles applicables ? " Le gel hydro-alcoolique, c'est déjà le cas. On a installé des distributeurs dès l'an dernier. Nettoyer, ça veut dire quoi ? Chaque recoin ? Combien de fois par jour ? Nous devons absolument protéger les usagers et aussi notre personnel. Il est hors de question de créer un foyer de contamination dans un refuge." 

Pour quelle clientèle ? "Les étrangers constituent la moitié de notre fréquentation. Quid de la limite des 100 kilomètres ? Qui de la fermeture des frontières ?" D’autres gardiens de refuges plus petits tiennent des propos bien plus abrupts. "On va mourir de la paperasserie", "on n’a pas vocation à devenir des blocs opératoires", "autant ne pas ouvrir dans ces conditions et laisser la haute montagne aux seuls bivouacs", etc. Et quand il y a un orage en montagne, comment maintenir la distanciation sociale ? Antoine Ratin est catégorique : "Nous ne sommes pas des hôtels. Nous sommes des refuges. Et nos portes doivent toujours rester ouvertes." 

En Vanoise, on a beaucoup avancé sur les protocoles sanitaires 

Chaque refuge aura la liberté de son protocole, mais devra le faire valider par le maire et le préfet. Ce principe de bon sens est salué par tous car le quotidien des refuges est tellement variable selon l'altitude ou la superficie. Cela dit, dans le Parc National de la Vanoise, (Savoie), tous les protocoles des 16 refuges seront mis en cohérence, et coordonnés avec le Parc. Comme l'explique sa directrice Eva Aliacar, "les règles ne vont pas changer d'un refuge à l'autre, sinon on court le risque qu'elles ne soient ni appliquées ni comprises."

Refuge des Barmettes au-dessus de Pralognan-la-Vanoise dans le Parc National
Refuge des Barmettes au-dessus de Pralognan-la-Vanoise dans le Parc National © Radio France - Bleuette Dupin

Un travail de tous les instants devrait permettre d'ouvrir quelques refuges Savoyards "mi-juin" suffisamment tôt pour "tester les mesures sanitaires avant la grosse saison de juillet et août."

"Il y a encore beaucoup de travail à faire, mais on va y arriver !" - Eva Aliacar directrice du Parc de la Vanoise

La capacité d'accueil sera réduite de 20 %. Les logements de quatre ou six places seront réservés au même groupe ou famille. "On ne mélangera plus les groupes." Les randonneurs en individuel sont basculés vers des tentes avec matelas, installées par les refuges, à l'extérieur. "C'est du bivouac pour une nuit, pas du camping !" La grande table commune, c'est fini. On pourra servir des rations individuelles dans ses propres bentos qu’on trimbale durant sa randonnée. Repas en terrasse privilégiés. A l'intérieur des bâtiments, il pourra y avoir des repas collectifs. Des protections en plexiglas sont dressées pour l’accueil et le paiement qui se feront dehors.

Ne plus mélanger les groupes

Le maître-mot est de ne plus mélanger les groupes. On est aux antipodes de l’ "esprit refuge" mais on n’a pas le choix. Le pire scénario, nous disent tous les professionnels, serait qu’un refuge devienne un foyer de contamination. Si l'ouverture des refuges semble être devenue une priorité, c'est que "les autorités se sont rendues compte qu'on ne peut pas ouvrir la montagne sans ces bases essentielles" estime Eva Aliacar, la directrice du parc national de la Vanoise.

Refuge des Lacs Merlet en Vanoise
Refuge des Lacs Merlet en Vanoise © Radio France - Bleuette Dupin
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu