Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les restaurateurs du Berry s'adaptent face aux difficultés de recrutement

-
Par , France Bleu Berry

Le secteur de la restauration a du mal à recruter dans le Berry. Face à ces difficultés, certains s'adaptent : recrutement de profils moins expérimentés, ou encore réduction du nombre de tables servies en fonction du personnel disponible.

Le secteur de la restauration manque de main d'oeuvre dans le Berry
Le secteur de la restauration manque de main d'oeuvre dans le Berry © Maxppp - Pierre HECKLER

Indre, France

Les restaurants du Berry sont en manque de bras. Pendant l'été, les besoins sont particulièrement importants mais difficile de trouver des candidats. Dans l'Indre et le Cher, plus de la moitié des recrutements en restauration sont jugés difficiles par les employeurs, selon une enquête BMO pour Pôle emploi réalisée en 2019. Pour faire face à ces difficultés de recrutements, certains restaurateurs s'adaptent.

Des profils variés

Stéphane Daniel gère plusieurs restaurant dans l'Indre, dont un à Châteauroux. Pour ne pas manquer de main d'oeuvre, il n'hésite pas à recruter des profils un peu différents : "J'essaie de ne pas chercher de professionnels (...) et de favoriser plutôt le côté humain, et puis former cette personne avec les connaissances qu'on a". Si cette méthode porte globalement ses fruits, pour certains métier cela reste compliqué. Difficile par exemple de recruter un chef en cuisine, car là, il faut de l'expérience, reconnaît Stéphane Daniel.

Réduction du nombre de couverts

Quand le personnel vient à manquer, là aussi les restaurateurs s'adaptent. Sonia Anemiche, gère une ferme auberge  à Rosnay, ouverte 6 mois dans l'année, et elle accepte les réservations en fonction du personnel disponible. "Au départ, on a une capacité d'environ 60 personnes (...) mais si on est une équipe que de trois, et bien je vais réduire à 45 personnes", explique la restauratrice.

Pour que ça se passe bien, il faut des moyens humains suffisants - Sonia Anemiche

"Au début je ne disais pas 'non', mais si après vous avez des remarques, et aujourd'hui sur internet ça va hyper vite, parce qu'ils ont attendu trop longtemps pour manger... À un moment, vous dites 'non'." ajoute Sonia Anemiche.