Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les restaurateurs "plus inquiets qu'avant le discours" juge le représentant des petites entreprises en Gironde

-
Par , France Bleu Gironde

Réouverture des commerces dès le 27 novembre, mais attente prolongée jusqu'au 20 janvier en fonction de la situation sanitaire pour les restaurants... Les situations diffèrent pour les petites entreprises. Gabriel Arduino, porte-parole des TPE était l'invité de France Bleu Gironde ce mercredi.

Gabriel Arduino, le porte-parole du Collectif national de patrons de très petites entreprises 33 était l'invité de France Bleu Gironde ce mardi.
Gabriel Arduino, le porte-parole du Collectif national de patrons de très petites entreprises 33 était l'invité de France Bleu Gironde ce mardi. © Radio France - Caprture d'écran France 3

Les annonces d'Emmanuel Macron, ce mardi sur les allégements du confinement, n'ont pas eu la même résonnance chez toutes les entreprises. Sur la date de réouverture, les commerces ont eu ce qu'ils demandaient, à savoir une réouverture dès le samedi 27 novembre. En revanche, les restaurants et les salles de sport sont renvoyés au 20 janvier, sous réserve de la situation sanitaire, et les bars et boîtes de nuit sont laissés sans horizon. 

Pour parler de leurs situations diverses Gabriel Arduino, porte-parole du Collectif national de patrons de très petites entreprises 33 était l'invité de France Bleu Gironde ce mardi.

Revoir l'interview de Gabriel Arduino

Lui-même restaurateur, Gabriel Arduino évoque leur réouverture le 20 janvier comme "un gros coup dur". "C'est très lointain. On a du mal à comprendre ce qui le justifie". Si le fait de ne pas porter de masque à table pourrait justifier ce délai, "on n'a pas de retours de l'ARS qu'il y ait eu des cas contacts chez nous."

On a l'impression d'être l'alibi de la politique de santé gouvernementale"

Le fait que la réouverture soit corrélée à la situation sanitaire le fait ressortir "avec beaucoup plus d'incertitudes qu'avant le discours. On est encore plus inquiets [...] On a l'impression, avec les salles de sport, d'être l'alibi de la politique de santé gouvernementale", dénonce Gabriel Arduino. 

Ces entreprises qui restent fermées toucheront des aides : "20% de leur chiffre d'affaires de l'année 2019 si cette option est préférable pour eux aux 10 000 euros du fonds de solidarité" a indiqué Emmanuel Macron ce mardi. "C'est ce qui était demandé depuis le mois de mars. Cela permet de payer une partie des charges fixes", reconnait Gabriel Arduino. 

La réouverture des commerces "est une demi-bonne nouvelle"

La réouverture des commerces "est une demi-bonne nouvelle. On ne peut pas se satisfaire de seulement rouvrir en coupant le robinet d'aides pour les entreprises". Les commerces qui rouvrent ne peuvent pas prétendre à cette version étendue du fonds de solidarité. "Ces entreprises-là repartent surendettées, avec des charges en retard, des charges suspendues". "Si l'activité ne reprend pas rapidement, ça va être compliqué", souligne le représentant des TPE en Gironde. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess