Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les Restos du cœur cherchent des bénévoles pour accueillir les femmes à l'accueil de jour

lundi 25 juillet 2016 à 18:40 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Les Restos du cœur de Nantes ont besoin d'aide en cette période estivale. Ils cherchent des bénévoles pour pouvoir ouvrir l'accueil de jour des femmes trois fois par semaine comme le reste de l'année.

L'accueil de jour des Restos du cœur à Nantes
L'accueil de jour des Restos du cœur à Nantes © Radio France - Marion Fersing

Nantes, France

Coluche aurait sans doute trouvé le pied-de-nez amusant, l'accueil de jour des Restos du cœur pour les femmes est installé dans les anciens locaux d'une banque à Nantes. Trois fois par semaine, l'association accueille les femmes seules entre 11h et 16h. Pour une douche, une lessive, une coupe de cheveux et surtout un déjeuner pris en commun. Les supermarchés donnent les produits frais qui constituent l'entrée et le dessert et une société de restauration collective fournit le plat principal.

Quand je viens ici, je trouve du réconfort

Mais l'essentiel, c'est le moment d'échange qui en découle. "J'y retrouve les copines !", s'enthousiasme Toumtoum avec un grand sourire. Comme Jeanette, elle vit seule dans son petit appartement : "Je me sens isolée, je n'ai personne. Mais quand je viens ici, je trouve du réconfort et je suis bien". Solène acquiesce. La jeune femme a d'abord très mal vécu sa "descente aux enfers", avant de reprendre pied, petit à petit. "Ici, on retrouve de la dignité. On peut parler, on est considéré comme un être humain, une femme, un adulte. C'est beaucoup mieux que face à un médecin ou une assistante sociale par qui on se sent jugé". Comme Sylvie, elle parle avec pudeur de ce que lui apportent les Restos : "les bénévoles nous apportent beaucoup de réconfort. Les Restos, c'est un cocon, ça me fait beaucoup de bien".

Quand quelqu'un arrive à faire une formation et à rebondir, on est tellement heureux !

Il y a des larmes parfois, mais aussi souvent de grands sourire. Du côté des bénéficiaires, mais aussi du côté des bénévoles, comme Michel : "Elles nous apportent énormément par leur gentillesse. Elles nous racontent leur vie, c'est presque une seconde famille". Et comme dans une seconde famille, on s'entraide. Geneviève, une bénévole, aide par exemple Solène à trouver une formation : "quand quelqu'un arrive à faire une formation et à rebondir, on est tellement heureux ! On se dit, au moins, j'ai servi à quelque chose".

"Les bénéficiaires nous apportent énormément", confie Martine, une bénévole

Une journée test avant de s'engager davantage

Il y a aussi parfois des moments difficiles, les bénévoles ne le cachent pas. Ils se retrouvent d'ailleurs chaque soir pour partager leurs doutes et leurs succès. Les nouveaux bénévoles sont accompagnés, ils font un test avant de s'engager d'avantage. "On comprend tout à fait que des gens viennent et nous disent finalement que ça ne leur convient pas", glisse Michel.

Si vous souhaitez rejoindre les bénévoles des Restos du cœur, vous trouverez les informations utiles ici.

Notre reportage à l'accueil de jour