Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les retards de trains ne sont pas liés au statut des cheminots, pour le président de la FNAUT Pays-de-la-Loire

mercredi 14 mars 2018 à 17:33 Par Marc Podevin, France Bleu Mayenne

Le projet de loi pour réformer la SNCF par ordonnances a été présenté ce mercredi. Il prévoit la suppression du statut de cheminot pour les futures recrues. Ça ne réglera pas le problème des retards, estime le président de la FNAUT Pays de la Loire, une association d'usagers des transports.

Fabrice Eymon, président de la FNAUT Pays de la Loire, dans les locaux de France Bleu Mayenne
Fabrice Eymon, président de la FNAUT Pays de la Loire, dans les locaux de France Bleu Mayenne © Radio France - Marc Podevin

Laval, France

Huit articles, sur quatre pages. Le gouvernement a présenté ce mercredi 14 mars le projet de loi qui doit lui permettre de réformer la SNCF par ordonnances. Le texte prévoit entre autres la suppression du statut de cheminot. "Un peu de souplesse, ce n'est pas plus mal", estime le mayennais Fabrice Eymon, président de la FNAUT (Fédération nationale des usagers des transports) Pays de la Loire. Mais il "ne pense pas que le statut des cheminots fasse arriver en retard les trains".

"Actuellement, vous n'avez plus personne dans les gares"

La priorité, pour améliorer la qualité de service, c'est "modifier le management de la SNCF" estime Fabrice Eymon. "A la SNCF, vous avez une direction pléthorique. Peut-être y-a-t-il trop d'encadrement. Actuellement, vous n'avez plus personne dans les gares. _Tout le monde est concentré dans les bureaux à Nantes ou dans les grandes villes_", assène le mayennais. Réorganiser la SNCF, la rendre plus efficace: c'est justement l'objectif de Guillaume Pépy, le président du groupe public. Il doit expliquer ce jeudi 15 mars à la ministre des transports, Elisabeth Borne, comment il va s'y prendre pour préparer le "projet stratégique" qu'il doit présenter avant l'été.

L'ouverture à la concurrence, "le seul moyen de faire réagir la SNCF"

Le texte présenté mercredi 14 mars par le gouvernement doit être débattu à l'Assemblée Nationale dans un mois, à la mi-avril. Il acte aussi l'ouverture du rail à la concurrence. Le gouvernement souhaite qu'elle concerne les TER dès 2019. "C'est le seul moyen de faire réagir la SNCF", et d'obtenir ainsi une amélioration de la qualité de service, estime Fabrice Eymon. Il cite ainsi l'exemple des trains en Suisse ou en Allemagne, où les prestations sont d'après lui bien meilleures.  "La SNCF perd de plus en plus d'usagers", affirme le président de la FNAUT Pays de la Loire, qui conclut: "ces usagers préfèrent désormais prendre leur voiture, à cause d'un service [ferroviaire] qui n'est pas viable".