Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les retraités mobilisés et pour certains obligés de travailler

jeudi 30 mars 2017 à 10:34 Par Eric Bouvet, France Bleu Armorique

Les retraités sont appelés à se mobiliser pour réclamer une revalorisation de leurs pensions, gelées depuis 2013. Certains de ces retraités doivent continuer de travailler pour réussir à joindre les deux bouts.

De + en + de retraités obligés de travailler
De + en + de retraités obligés de travailler © Maxppp - Claude Cortier

Bretagne, France

73 ans et obligée de travailler

Selon l'INSEE, près d'un million de retraités vivraient sous le seuil de la pauvreté.

Plus de 400.000 sont ainsi obligés de continuer à travailler pour arrondir leurs fins de mois.

C'est le cas de Marlène, une rennaise de 73 ans, qui gardent des enfants, 9 heures par semaine.

Romain Roux a rencontré Marlène

Mobilisation en Bretagne

Comme Marlène, près de 370.000 anciens du privé continuaient d'occuper un emploi salarié en 2014, selon le COR (Conseil d'Orientation des Retraites). À ces ex-salariés du privé s'ajoutaient environ 60.000 commerçants et artisans.

9 organisations syndicales appellent donc les retraités à se mobiliser pour la revalorisation des retraites, un peu partout en Bretagne (Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Redon, Fougères ou Lorient).

Didier Timouy, le secrétaire de l'union syndicale des retraités CGT d'Ille-et-Vilaine, détaille les revendications .

Les retraités oubliés de la présidentielle

Si certains candidats à la présidentielle promettent une revalorisation du "minimum vieillesse" (allocation de 801 euros versée en cas de faibles revenus), les retraités sont malgré tout oubliés dans cette campagne, selon Didier Timouy.

Son syndicat réclame une revalorisation des pensions pour tous les retraités, mais aussi un financement de l'ASV. Cette loi sur l'Adaptation de la Société au Vieillissement, entrée en vigueur début 2016, prévoit une amélioration des aides financières pour les personnes âgées en perte d'autonomie résidant à domicile.