Économie – Social

Les salariés bloquent l'usine Girard au Teil pour dénoncer des licenciements

Par Mélanie Tournadre, France Bleu Drôme-Ardèche jeudi 10 novembre 2016 à 18:00

Depuis mercredi, les salariés de Girard en grève bloquent leur usine au Teil.
Depuis mercredi, les salariés de Girard en grève bloquent leur usine au Teil. © Radio France - Mélanie Tournadre

Depuis ce mercredi, les salariés de l'entreprise Girard au Teil, en Ardèche, bloquent leur usine de cartonnages, suite à l'annonce de sept licenciements économiques.

Près de 85 des 99 salariés de l'usine de cartonnages Girard au Teil sont en grève depuis ce mercredi. Ils bloquent l'entrée de l'entreprise et se relaient sur le site suite à l'annonce de sept licenciements économiques.

Les salariés de l'usine Girard au Teil en Ardèche bloquent leur site depuis mercredi. - Radio France
Les salariés de l'usine Girard au Teil en Ardèche bloquent leur site depuis mercredi. © Radio France - Mélanie Tournadre

Les salariés concernés par ces licenciements ont appris la décision ces derniers jours et affirment qu'ils vont perdre leur emploi d'ici la fin du mois de novembre.

Un coup de massue pour les salariés

"Mon patron me félicite pour ma très bonne efficacité au travail et je suis licencié ; c'est un véritable coup de massue" explique Laurent qui a vingt ans d’ancienneté dans l'entreprise et qui est père de deux jeunes enfants.

"C'est un vrai choc, l'avenir va être très compliqué"

Les salariés ne contestent pas les problèmes économiques de l'usine mais reprochent à la direction d'avoir transféré certains de leurs gros clients vers d'autres sites du groupe international LGR Packaging. "Les salariés ont fait beaucoup d'efforts sur la polyvalence, sur la modulation du temps de travail et voilà comment la direction nous remercie, elle nous tape encore dessus" explique Philippe Portalier, délégué syndical CGT.

Les salariés de l'usine Girard au Teil sont sous le choc.

Des licenciements qui ne combleraient qu'un tiers du déficit

Les salariés élus au comité d'entreprise ont pris conseil auprès de Maître Vincent Tavier. Cet avocat, spécialiste du droit du travail, explique que la suppression d'une ligne de production ne serait pas une solution. "Ces sept licenciements ne combleraient d'un tiers du déficit".

C'est pourquoi Maître Tavier soupçonne la direction de l'usine d'avoir fait ce choix pur rester sous la barre des dix licenciements. "Ces petites vagues de licenciement évite à l'employeur d’établir un plan de sauvegarde de l'emploi. Par exemple, c'est bien plus simple de licencier à trois reprises sept salariés, que vingt-et-un d'un seul coup."

Les salariés redoutent d'autres licenciements à l'avenir

Lorsque les licenciements concernent moins de dix salariés, ces derniers ne peuvent pas faire un recours en justice pour contester la décision de la direction. "Dans ce cas, les employés ne peuvent agir qu'à posteriori, simplement en saisissant le conseil des prud'hommes, une fois licenciés" explique Maître Tavier. Les salariés de l'usine de cartonnages Girard au Teil redoutent donc d'autres vagues de licenciements dans trois mois puis dans six mois. "Nous allons continuer de nous relayer devant l'usine et nous continuerons le blocage le plus longtemps possible" explique Philippe Portalier.

Les salariés de l'usine Girard redoutent d'autres licenciements dans les prochains mois.