Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés d'Anovo redoutent la fermeture du site de Brive

mardi 19 juin 2018 à 17:56 Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin

Les salariés d'Anovo se sont une nouvelle fois mobilisés ce mardi. Alors que leurs représentants syndicaux étaient en pleine négociation à Paris sur le Plan de Sauvegarde de l'Emploi, une soixantaine de personnes se sont rassemblées en fin de matinée devant l'entrée de l'usine à Brive.

Les salariés d'Anovo Brive ont connu déjà deux plans de suppressions d'emplois en 7 ans
Les salariés d'Anovo Brive ont connu déjà deux plans de suppressions d'emplois en 7 ans © Radio France - Philippe Graziani

Brive, Corrèze

Le rassemblement avait pour objectif de faire pression sur les négociations. Ce mardi la première des trois séances de négociations sur le Plan de Sauvegarde de l'Emploi, qui prévoit la suppression de 95 postes sur les 182 d'Anovo Brive, avait lieu avec la direction du groupe Ingram, propriétaire d'Anovo. Mais pour les salariés rassemblés devant l'entrée du site briviste en fin de matinée, c'était aussi l'occasion de dire leur crainte d'une fermeture pure et simple de l'usine.

De l'acharnement contre Brive"

Car pour beaucoup de salariés il est clair que c'est ce que la direction prépare, quoi qu'elle en dise. "Quand on voit qu'il y a du travail ailleurs comme à Montauban (autre site d'Anovo, NDLR) on se demande pourquoi pas à Brive". "Ils ne font pas d'efforts". Je pense qu'on est ciblés". Voilà quelques propos entendus parmi les manifestants. Franck rajoute à cela son expérience, il est chez Anovo à Brive depuis 1994 et a vu le site passer de 400 à 200 salariés. "Je n'ai vu que la décadence tout le temps".

180 intérimaires à Montauban

Alors pour les salariés la fermeture est plus qu'une hypothèse. "95 personnes en moins là et dans un an ou deux plus personne et puis voilà ! " lâche Julie en parlant "d'injustice." Injuste car il y aurait du travail pour le site de Brive selon les syndicats. Philippe Raffy, secrétaire du Comité d’établissement pointe notamment le site de Montauban qui emploie, dit-il, 180 intérimaires.  "Nous avons demandé le transfert d'une partie de la charge de travail de Montauban vers Brive. La direction reste sans réponse à ce sujet en nous disant que c'est le client qui ne veut pas voir transférer ses produits vers un autre site." Qu'attendre donc des négociations qui ont commencé avec la direction ? Pour Julie c'est clair : "il n'y a plus rien à espérer".