Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés d'Alstom manifestent à Paris ce jeudi

jeudi 30 novembre 2017 à 7:01 Par Faustine Calmel, France Bleu Paris

En Ile-de-France Alstom emploie 3.000 personnes à Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis. Des salariés inquiets de la fusion de ce fleuron de l'industrie avec le groupe allemand Siemens. Les syndicats appellent à un rassemblement à 11 heures devant le ministère de l'Economie à Bercy.

Le siège d'Alstom à Saint-Ouen
Le siège d'Alstom à Saint-Ouen © Maxppp - Thomas Padilla

Saint-Ouen, France

Ils sont inquiets ces salariés, et ils vont le dire ce jeudi en fin de matinée, sous les fenêtres du ministère de l'Economie et des Finances à Bercy. Inquiets de la fusion avec le géant allemand Siemens qui devrait provoquer des "convergences et des économies d'échelle" disent les syndicats. "Au siège par exemple, les services des ressources humaines ou de la finance pourraient se séparer de certains postes" explique Claude Mandart, délégué CFE-CGC, syndicat majoritaire chez Alstom. "Pour les activités de signalisation, Siemens dispose des mêmes services à Châtillon dans les Hauts-de-Seine. Alors je ne crois pas à la fermeture d'un des deux sites, car il devrait y avoir de l'activité et des projets avec le développement du métro du Grand Paris. Mais pourquoi pas des emplois supprimés".

Des syndicats échaudés par l'exemple de la fusion entre General Electric et Alstom pour ses activités énergétiques. Alors que le groupe américain avait promis de maintenir l'emploi, 600 postes auraient été supprimés depuis deux ans selon la CFE CGC.