Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

EXCLU - Prime "gilets jaunes" de 500 euros pour les salariés d'ArcelorMittal

vendredi 11 janvier 2019 à 15:21 Par Antoine Denéchère, France Bleu Loire Océan, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Nord et France Bleu

C'est une information France Bleu : le groupe sidérurgique ArcelorMittal France octroie une prime exceptionnelle de 500 euros à 12.000 de ses salariés, dont ceux de l'usine d'Indre (44). Elle s'inscrit dans les mesures annoncées par Emmanuel Macron en réponse aux revendications des gilets jaunes.

L'usine ArcelorMittal d'Indre, près de Nantes, lors d'une grève en 2012
L'usine ArcelorMittal d'Indre, près de Nantes, lors d'une grève en 2012 © Maxppp -

Nantes, France

La direction du groupe sidérurgique ArcelorMittal a annoncé, ce vendredi aux organisations syndicales, le versement d'une prime de 500 euros, dite "prime Macron". ArcelorMittal indique ainsi "participer à l’effort demandé par le Président de la République en faveur du pouvoir d’achat des salariés". Le 10 décembre, Emmanuel Macron avait, entre autres, demandé aux entreprises de verser une prime à leur salariés (exonérée de cotisations et d'impôts).

Le mouvement des gilets jaunes a payé

Pour la CGT, cette décision est due au contexte actuel. "Cette prime versée par les entreprises encouragée par le Président de la République est la résultante d'un rapport de force dû à un mouvement citoyen national", affirme Philippe Verbeke, représentant syndical national de la CGT chez ArcelorMitall : ce mouvement des gilets jaunes "change un peu le contexte et donne confiance aux salariés sur la légitimité de leurs revendications sur les salaires." 

La CGT avait mené des grèves pour les salaires en décembre chez Arcelor

Le syndicaliste estime que "les différentes grèves pour les salaires en fin d'année, à l'initiative de la CGT dans le groupe Arcelor, au Creusot, à Florange, à Dunkerque ont pesé" : _"_la direction est craintive que, dans ce contexte, ces mouvements et revendications s'étendent à l'ensemble du groupe, parce qu'en fin d'année, ils refusaient de verser une prime pouvoir d'achat". Philippe Verbeke, représentant CGT, ajoute que "le groupe ArcelorMittal a réalisé des milliards d'euros de profits en 2017, et ce sera encore le cas pour 2018, et a largement les moyens de verser cette prime". La CGT demande d'ailleurs qu'elle soit portée à 1500 euros, "comme chez Total".

12 000 salariés toucheront la prime Macron chez Arcelor

Sur les 17.000 salariés du groupe ArcelorMittal, 12.000 toucheront dans la première quinzaine du mois de février une prime de 500 euros, selon l'entreprise. Les salariés de l'usine Arcelor de Indre, près de Nantes, sont concernés (400 salariés sur ce site de Loire-Atlantique). 

Cette "prime Macron", exonérée de cotisations sociales et non soumise à l'impôt sur le revenu, sera versée aux personnels en CDI, CDD et apprentis qui touchent un salaire de base mensuel inférieur ou égal à 3.000 euros (il faut que le salaire brut annuel soit inférieur à 53.956 euros). La CGT d'ArcelorMittal dit "attendre des précisions légales pour savoir si les intérimaires toucheront cette prime".