Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les salariés d'EDF et d'Engie vent debout contre les projets Hercule et Clamadieu

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Deux projets de démantèlement des structures existantes font craindre aux salaries d'EDF et Engie une dégradation du service public de fourniture de l'électricité et du gaz.

Les salariés du distributeur public d'energie craignent pour l'avenir
Les salariés du distributeur public d'energie craignent pour l'avenir © Radio France - Yves Renaud

Cette opération de division des structures de production, de distribution et de vente voulue à la fois par le gouvernement et les instances européennes risque à court terme de rendre l'énergie plus chère en France. C'est en tout cas ce que craint Aurélien Mingot, responsable de la CGT-ENERGIE de Haute-Loire. "Aujourd’hui par le biais de la loi de nationalisation de 1946, on a un tarif régulé qui permet aux usagers d’avoir le même tarif partout sur l’ensemble du territoire, qu’ils soient en proximité ou non des moyens de production", explique le représentant syndical."Demain, par le biais de cette déstructuration, cette loi de nationalisation va être remise en cause et mettra forcément l’usager en difficulté parce qu'il n’y aura plus de tarifs régulé et du coup ce sera la jungle. Aujourd’hui, vendre toutes ces installations par le biais de la déstructuration promise, c’est financiariser encore plus le secteur de l’énergie, sans avoir en tête les contraintes que vivent les usagers". 

Manifestation à Saint-Étienne jeudi 17 décembre

Selon les syndicats CGT, CFE-CGC, CFDT et FO réunis en intersyndicale pour ce mouvement de protestation, le risque que fait courir cet émiettement, c'est une perte de contrôle des sources d'énergie qui sont aujourd'hui coordonnées et harmonisées pour lisser la distribution sur tout l'hexagone. "Pour mettre à l’équilibre le réseau on a besoin d’avoir la vision sur la chaîne complète", poursuit Aurélien Mingot. "On a des territoires qui sont très inégaux en France avec parfois des moyens de production qui sont à 200 kilomètres du lieu de consommation. Nous avons sur la partie sud-est de l’hexagone des centrales nucléaires et beaucoup d’installations hydro-électriques, ce qui n’est pas le cas pour l’Île-de-France et encore moins le cas pour la Bretagne. Aujourd’hui par le biais intégré de nos entreprises, on a la possibilité d’alimenter partout en fonction des besoins et pas en fonction de la financiarisation avec pour seul intérêt de dégager des bénéfices à outrance".

Les gaziers et les électriciens de Loire et Haute Loire manifestent ce jeudi matin à 9h15 à Saint- Étienne, place Jean-Jaurès. Ils iront ensuite rencontrer le députe LREM Jean-Michel Mis. 

Au Puy-en-Velay, le personnel se réunit en assemblée générale à partir de 9 heures sur le site de Sainte-Catherine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess