Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés d'ORPEA à Collioure rejoignent leurs collègues en grève de la clinique la Pinède

jeudi 13 septembre 2018 à 17:35 Par Tanguy Bocconi, France Bleu Roussillon

La mobilisation grandit dans les centres du groupe ORPEA : une quarantaine d'employés de la clinique Mer Air Soleil de Collioure ont rejoint ce jeudi leurs collègues de la clinique la Pinède à Saint-Estève, en grève depuis le 4 septembre pour obtenir de meilleures conditions de travail.

Un piquet de grève sur le parking de la clinique la Pinède
Un piquet de grève sur le parking de la clinique la Pinède © Radio France - Tanguy Bocconi

Collioure, France

Le mouvement social entamé le 4 septembre au sein de la clinique la Pinède à Saint-Estève fait tâche d'huile. Jeudi, une partie du personnel du centre de rééducation Mer Air Soleil de Collioure a rejoint le mouvement pour obtenir plus de moyens matériels et humains. Les grévistes dénoncent un sous-effectif chronique qui entraîne une dégradation de leurs conditions de travail et de la qualité des soins apportés aux patients.

Absence totale de dialogue

Les deux cliniques appartiennent au groupe ORPEA, une société cotée en bourse qui possède 357 établissements en France et génère un chiffre d'affaires supérieur à trois milliards d'euros... Malgré une première réunion ce lundi en préfecture, une seconde mardi avec l'Agence Régionale de Santé, les négociations restent au point mort regrette José de Jésus, secrétaire général de l'Union Locale CGT de Perpignan nord : "le dossier s'enlise car la direction refuse tout dialogue. Ils ne sont pas à l'écoute des salariés." 

Une situation qui indigne Angela, aide soignante à la clinique Mer Air Soleil : " ils postent des agents de sécurité et des huissiers de justice à l'entrée, on dirait que nous sommes des criminels ! Nous, on demande juste du recrutement de personnel : quand on a une collègue absente elle n'est pas remplacée, on a de moins en moins de temps à consacrer aux patients, parfois on est obligés de leur refuser des douches... c'est de pire en pire ! "

Cette exaspération est partagée dans de nombreux services : Louis, un ergothérapeute lui aussi en grève regrette "une marchandisation de la santé : on ne met plus l'humain au centre, mais seulement la course vers toujours plus de profits. On ne nous donne pas les moyens de soigner les patients correctement et c'est inacceptable ! Mais ce sont de grands groupes qui n'hésitent pas à faire venir des salariés d'autres structures pour contourner le droit de grève en leur proposant des sommes alléchantes. Le seul moyen pour nous de les faire plier, c'est d'amplifier au maximum la mobilisation".

Les salariés des cliniques de Collioure et de Saint-Estève espèrent désormais que d'autres centres du groupe ORPEA viendront renforcer leur mouvement en rejoignant leur mouvement de grève. 

Reportage auprès des salariés en grève à la clinique de Collioure

La grève se poursuit à la clinique la Pinéde de Saint-Estève : reportage