Économie – Social

Les salariés de BM Chimie à Metz se disent "à l'abandon"

Par Clément Lhuillier, France Bleu Lorraine Nord lundi 19 juin 2017 à 15:55

Une vingtaine de salariés de BM Chimie tenaient le piquet de grève devant l'entreprise à Metz
Une vingtaine de salariés de BM Chimie tenaient le piquet de grève devant l'entreprise à Metz © Radio France - Clément Lhuillier

Les salariés de l'entreprise de transport de matières dangereuses, BM Chimie, à Metz, étaient en grève ce lundi. Ils reprochent à leur direction, basée dans l'Oise, de laisser leurs conditions de travail se dégrader.

Une table, un barbecue et des drapeaux aux grilles : une vingtaine de salariés de l'entreprise de transports de produits chimiques, Geodis BM Chimie de Metz, tenaient un piquet de grève, à l'appel de la CGT, ce lundi, devant leur site de l'actipôle, juste en face de l'usine PSA. Un mouvement d'humeur dû à la dégradation, selon le syndicat, de leurs conditions de travail.

Pêle-mêle, Abderrahim El Kasri, délégué CGT dresse la longue liste des disfonctionnements : plus d'eau chaude dans les sanitaires pour les chauffeurs, un manque de suivi au niveau de l'entretien des camions, des retards de remboursement des frais de déplacement, l'accès difficile à la médecine du travail... "On a du mal à obtenir des tenues de travail, des chaussures de sécurité... Rien que les vestes d'hiver : on les a demandé au mois d'octobre, on les attend toujours" témoigne Cédric, l'un des conducteurs grévistes. Sans oublier un conflit qui oppose actuellement direction et représentants du personnel sur le versement d'un 13e mois.

Ces problèmes datent, selon la CGT, du transfert de la gestion des 39 conducteurs messins vers le site de Villers-Saint-Paul, dans l'Oise, au début de l'année 2016. Depuis, les salariés s'estiment oubliés par leurs dirigeants.

La direction avait assuré que rien ne changerait pour les salariés. On voit bien aujourd'hui que la promesse n'est pas tenue. Les salariés se sentent abandonnés (Dominique Borneman, délégué CGT)

La direction était présente, ce lundi, sur le site messin, pour rencontrer une délégation de salariés. Elle n'a pas souhaité répondre à nos questions.