Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés de Bosal-le-Rapide suspendent la menace de brûler leur usine

samedi 29 mars 2014 à 13:41 France Bleu Champagne-Ardenne

La direction de l'usine Bosal-le-Rapide de Beine-Nauroy a proposé une réunion mercredi pour tenter de sortir de la crise. Les salariés ont donc décidé de suspendre leur menace de mettre le feu à l'usine, mais ils restent mobilisés.

L'usine Bosal le Rapide à Beine-Nauroy dans la Marne
L'usine Bosal le Rapide à Beine-Nauroy dans la Marne © MaxPPP

« Ils ne seraient jamais déplacé si nous n’avions pas menacé de faire brûler l’usine ». Gérard Gape, délégué CGT de Bosal-le-Rapide à Beine-Nauroy accueille avec satisfaction la proposition de réunion avec la direction de l’équipementier automobile, mais il reste méfiant. « Nous n’avons plus confiance en eux, poursuit le syndicaliste, et s’ils viennent en nous proposant 9000 euros au lieu de 8000, on sera prêt à allumer ».

Vendredi soir, face à la menace des 58 salariés d’incendier l’usine s’ils n’obtenaient pas de meilleures primes extra-légales de licenciement, la direction du groupe néerlandais Bosal a proposé un rendez-vous, sur place, mercredi, avec « le sous-préfet et le conseil général »  explique Gérard Gape.

BOSAL / SON

Spécialisée dans la fabrication de galeries de toit pour véhicules utilitaires, l'usine de Bosal-le-Rapide a été placée en liquidation judiciaire en février.

Le personnel réclame une prime extra-légale de 40.000 euros par personne, alors que le groupe propose 8.000 euros par personne, contre 25.000 lors d'un précédent plan social.Des salariés occupent l'usine chaque nuit depuis février, par crainte de voir les machines déménagées.

Le sous-traitant automobile, qui réalisait plus de 90% de son chiffre d'affaires avec PSA et Renault, a perdu en 2012 le marché galeries d'un nouveau véhicule utilitaire, soit 20% de son chiffre d'affaires.

En octobre 2011, le groupe néerlandais Bosal avait annoncé la fermeture de la partie attelage, délocalisée en Allemagne et en Hongrie, entraînant le licenciement de 86 employés.