Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés de Carlson Wagonlit à Belfort reconduisent leur grève ce lundi

lundi 25 mars 2019 à 11:23 Par Manon Klein et Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard

Une trentaine de salariés de Carlson Wagonlit reconduisent leur mouvement de grève illimitée ce lundi 25 mars 2019. Ils demandent une hausse de leurs salaires et le versement de la prime Macron. La direction propose une nouvelle séance de négociations mardi matin.

Carlson Wagonlit emploie 100 personnes à Belfort
Carlson Wagonlit emploie 100 personnes à Belfort © Maxppp - Philippe Turpin

Belfort, France

Un tiers des effectifs de l'agence de voyage d'affaire CWT à Belfort débraye toujours ce lundi. Une trentaine de salariés a entamé un mouvement de grève illimité vendredi dernier, à l'appel de l'intersyndicale. Ils demandent une hausse des salaires, ainsi que le versement de la "prime Macron". La direction promet une séance de négociations mardi matin selon les syndicats. CWT (Carlson Wagonlit Travel) emploie 100 personnes à Belfort, sur le Techn'hom.

Une hausse des salaires de 4%

Les grévistes demandent notamment une hausse de 4% sur leurs salaires. Une revendication qui ne date pas d'hier. "Cela fait plusieurs années que nous essayons de négocier (...) Toutes nos demandes sont refusées. Cette année, c'était la goutte d'eau qui a fait déborder le vase" explique Nadia Randour, déléguée CFTC et porte-parole de l'intersyndicale. "Il n'y a pas d'augmentation générale des salaires, et les augmentations individuelles se font au cas par cas (...) On a l'impression de ne pas avoir de reconnaissance" poursuit la représentante syndicale.

Outre une augmentation de leurs salaires, les grévistes demandent le versement d'une prime exceptionnelle, plus couramment appelée "prime Macron", de 500 euros.

Des négociations prévues mardi

En réponse au débrayage, la direction de Carlson Wagonlit promet, selon les syndicats, une nouvelle séance de négociations ce mardi 26 mars, à 10h30. Les salariés l'ont appris vendredi soir. L'intersyndicale espère bien se faire entendre. En attendant, elle maintient son appel à la grève ce lundi. L'activité de l'entreprise ne devrait toutefois pas être perturbée selon les syndicats.