Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés de Cheynet et Fils en partie fixés sur leur sort

lundi 28 juillet 2014 à 20:34 France Bleu Saint-Étienne Loire

Les salariés doivent débrayer ce mardi matin. Ils veulent maintenir la pression avant le comité d'entreprise de l'après-midi. Une réunion importante car on devrait connaître le nombre exact de personnes concernées par le plan de restructuration. Une centaine sur 290 salariés de Saint-Just Malmont...

Cheynet et Fils fabrique des rubans de lingerie. (image d'illustration)
Cheynet et Fils fabrique des rubans de lingerie. (image d'illustration) © Creative commons - murielle29

Les salariés de Cheynet et Fils sont appelés à débrayer ce mardi matin. Les suspensions de travail d'une heure, mises en place dès jeudi dernier par la CGT, devraient être plus suivies.

Un contexte économique très concurrentiel

Le fabricant de ruban élastique de Saint-Just-Malmont en Haute-Loire est placé depuis le 1er juillet en redressement judiciaire avec une période d'observation de six mois. D'après son PDG, l'entreprise qui compte les plus grands noms de la lingerie comme clients -Chantelle, Lise Charmel, Aubade, Lejaby, Eminence- est menacée par la concurrence notamment chinoise.

La CGT pointe de son côté la gestion de l'entreprise

Elle présentera ce mardi les conclusions d'un expert-comptable que le syndicat a missionné. Lors du comité d'entreprise, on devrait en savoir plus sur le plan de restructuration. La direction voudrait réduire l'effectif de près de 44%, soit une réduction de 258 à 145 équivalents temps plein. Elle espère ainsi retrouver l'équilibre d'exploitation.La prochaine audience devant le tribunal de commerce est le 2 septembre. 

Par :