Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés de France Fermetures à Boussac bloquent leur usine pour négocier de meilleurs salaires

vendredi 20 avril 2018 à 8:33 Par Marc Bertrand et Fabien Arnet, France Bleu Creuse et France Bleu

L'usine de volets roulants qui emploie 140 salariés à Boussac était à l'arrêt ce vendredi depuis 5 heures du matin. Les salariés veulent faire pression sur la direction pour obtenir de meilleures augmentations et une prime de 13e mois, pour l'instant refusées par la DRH.

Ca brûle devant l'usine France Fermetures
Ca brûle devant l'usine France Fermetures © Radio France - Fabien Arnet

Boussac, France

Palettes en feu et tonnelle devant les grilles, les salariés de France Fermetures ont bloqué leur usine ce vendredi matin à la prise de service de 5 heures. L'entreprise fabrique des volets roulants, elle emploie 140 personnes à Boussac. Seuls les intérimaires ont pénétré les lieux. Une quarantaine de salariés sont restés devant l'entrée pour bloquer les portes. 

On est 80 devant les portes, on discute, on attend la direction et surtout le directeur des ressources humaines" - Dominique Bouvier, délégué FO

Ils réclament de meilleures augmentations de salaire que les 0,8% prévus pour l'instant lors des négociations annuelles obligatoires sur les salaires (NAO). C'est moins que l'inflation. Ils réclament également une prime de 13e mois. 

Les grévistes dénoncent aussi les pressions managériales. Chargé des peintures sur les persiennes, Romuald Dedecker raconte : "Chaque fois qu'on va prendre un café ou pisser un coup, il y a toujours quelqu'un pour nous demander combien de temps on a pris, il y a toujours un cadre qui est derrière nous pour qu'on accélère les cadences."

"Les choses ont bien changé ces dernières années", raconte Pascal Chopinet, électricien depuis 32 chez France Fermetures. "Aujourd'hui il n'y a plus que la rentabilité qui compte... l'ouvrier, on n'en a plus rien à faire."

Si la direction ne bouge pas d'ici le 4 mai... " — Wilfrid Lang (FO)

"On a décidé de tout bloquer vendredi, parce que c'est le jour le plus important pour les expéditions", explique Wilfried Lang, délégué FO. "Le vendredi, on charge entre 120 et 150 tonnes de marchandises pour permettre aux chauffeurs de partir avec les caisses pleines le lundi. _En faisant un jour de grève, on a plus d'impact que durant une semaine_. Ensuite il y aura des journées d'action sur tous les sites de France Fermetures, et si la direction ne bouge pas d'ici le 4 mai (jour des prochaines négociations salariales), on montera d'un cran supplémentaire."

La direction du site de Boussac refuse de communiquer publiquement.

France Fermetures revendique quelque 400 employés sur 5 sites de productions : Boussac (Creuse), Vierzon (Cher), Massay (Cher), Rousset (Bouches-du-Rhône) et Capdenac (Lot).