Économie – Social DOSSIER : Le combat des salariés de GM&S Industry pour sauver leurs emplois en Creuse

Les salariés de GM&S retrouvent un peu d'espoir après leur rencontre avec Bruno Le Maire

Par Olivier Estran, France Bleu Creuse et France Bleu samedi 20 mai 2017 à 9:34

Pièces fabriquées chez GM et S: le ministre de l'Economie veut obtenir d'avantage de commandes de la part de Renault et PSA
Pièces fabriquées chez GM et S: le ministre de l'Economie veut obtenir d'avantage de commandes de la part de Renault et PSA © Radio France - Olivier Estran

Bruno Le Maire, le nouveau ministre de l’Économie prend le dossier GM&S en main. Il a reçu les représentants des salariés, et veut convaincre les constructeurs français de sauver l'usine. Les syndicats retrouvent un peu d'espoir, mais restent prudents.

A trois jours d'un nouveau passage devant le tribunal de commerce de Poitiers, et une possible liquidation, les salariés de GM et S à La Souterraine retrouvent un peu d'espoir.

Le ministre de l'Economie a reçu l'intersyndicale de GM et S ce vendredi après-midi. Le rendez-vous était prévu au départ avec le directeur de cabinet. "Le Ministre a souhaité rencontrer les représentants des salariés afin de faire le point sur la situation de l’entreprise et la poursuite de son activité", a fait savoir le ministère par communiqué.

Bruno Le Maire "s’est engagé auprès des représentants des salariés à déployer tous les efforts nécessaires pour garantir l’accroissement des commandes auprès des constructeurs automobiles clients."

En clair, Bruno Le Maire décroche son téléphone pour appeler les constructeurs français

Objectif : relancer les commandes et obtenir un nouveau sursis de la part de la justice.

La réaction des syndicats à la sortie de la réunion, au micro France Info de Guillaume Gaven

Le ministre précise par ailleurs qu'il "informera l’intersyndicale d’ici la décision du Tribunal de Commerce du 23 mai résultant de ses discussions". "La pérennité de l’activité du site de La Souterraine devra également s’accompagner d’une adaptation de l’entreprise aux conditions et standards de concurrence", ajoute le communiqué.

Avec franceinfo.