Économie – Social

Les salariés de l'APAJH en Ardèche inquiets sur leur avenir

Par Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme-Ardèche et France Bleu mercredi 13 janvier 2016 à 6:15

Manifestation de salariés de l'APAJH devant l'ARS en Ardèche
Manifestation de salariés de l'APAJH devant l'ARS en Ardèche - Nathalie Rodrigues

Une cinquantaine de personnes ont manifesté ce mardi sous les fenêtres de l'Agence Régionale de Santé à Privas. Les salariés de l'APAJH, l'association pour adultes et jeunes handicapés, contestent le Plan de Sauvegarde de l'Emploi en cours de négociation. Cinq licenciements sont prévus.

L'association APAJH s'occupe d'enfants en difficultés. Des enfants qui ont des troubles du comportement, de la lecture, des difficultés psychomotrices par exemple ou qui souffrent de handicaps, de pathologies plus lourdes. Plus de 1100 enfants et adolescents sont pris en charge sur une année par 104 personnes: psychologues, orthophonistes, kinésithérapeutes etc...La grande majorité des salariés sont à temps partiel. L'APAJH a des centres à Aubenas, Annonay et Tournon et des antennes dans des communes plus reculées comme Saint-Cirgues en Montagne ou Vernoux en Vivarais.

L'association est financée en quasi totalité par l'Agence Régionale de Santé. Tous les 5 ans, elle lui fixe des objectifs et lui octroie des fonds correspondants. Le problème, c'est que l'association a dépassé l'enveloppe ces dernières années. La loi sur la retraite a fait que des employés ont dû retarder leur départ, cela n'avait pas pu être anticipé. Il y a eu plus d'embauches qu'autorisé au siège, à Annonay, et l'absorption d'une autre association a engendré aussi des coûts non prévus. Par ailleurs, à Tournon, l'APAJH a dû déménager pour être plus accessible aux personnes handicapées, mais les nouveaux locaux coûtent cher: 70 000 euros de location par an. Résultat: pour 2016, le déficit est estimé à 175 000 euros.

Un Plan de Sauvegarde de l'Emploi a été lancé début décembre. Il est en négociation entre direction et partenaires sociaux jusqu'à début février. Il prévoit le licenciement du directeur d'une des structures de l'APAJH et de quatre psychologues, ainsi que la réduction de temps de travail pour sept agents administratifs. Les salariés s'inquiètent de l'impact que cela aura sur les soins. Les familles attendent plus de 6 mois déjà pour avoir un rendez-vous avec un psychologue du Centre Médico Psycho Pédagogique d'Aubenas par exemple.

Isabelle Dodin Voisine, psychologue sur le CMPP d'Annonay

L' Agence Régionale de Santé explique que l'APAJH n'est pas sous-financée en Ardèche, elle est dans la moyenne de ce qui se fait dans la Région. L' ARS ne pourra pas rallonger de beaucoup l'enveloppe annuelle qu'elle lui octroie: 15 000 euros tout au plus. Par ailleurs elle ne peut pas intervenir dans le Plan de Sauvegarde de l'Emploi mais garde un oeil sur les économies envisagées par l'association.

Partager sur :