Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés de l'entreprise de BTP Colas en grève à Saint-Étienne depuis mercredi

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les salaries réunis en assemblée générale jeudi midi ont voté à l'unanimité la poursuite du mouvement.

Le piquet de grève installé devant l'entreprise à Terrenoire
Le piquet de grève installé devant l'entreprise à Terrenoire © Radio France - Yves Renaud

Saint-Étienne, France

À Saint-Étienne, le mouvement, qui est national, touche pratiquement tout le personnel (115 salariés), parce qu'en plus vient se greffer ici, l'histoire du licenciement d'un des chauffeurs de l'entreprise qui a malencontreusement accroché un des poteaux du chantier de la troisième ligne de tram.

Ce licenciement, c'est la goutte d'eau qui fait déborder un vase déjà bien plein sur la pression au travail dans cette entreprise filiale du groupe Bouygues, explique Christian Livion,délégué syndical CGT.

"C'est un licenciement abusif, il a juste reculé dans un poteau, et en plus il y a une pression dans toute l'entreprise, ça devient invivable" - Christian Livion 

Christian Livion délégué CGT

Ce jeudi, les salariés du groupe Colas du Puy-en-Velay, également en grève, sont venus soutenir leurs collègues de Saint-Étienne.

L’entrée de l'entreprise de BTP Colas de Terrenoire  - Radio France
L’entrée de l'entreprise de BTP Colas de Terrenoire © Radio France - Yves Renaud

"Le tram, c'est un gros chantier donc la pression elle y est, mais on parle d'un poteau cassé... on trouve que la sanction est trop dure pour  l'incident, on demande juste que notre collègue soit pas licencié" - Alban et Marco 

Alban et Marco deux salariés du chantier du Tram à Saint-Étienne

Parmi les grévistes, Alban et Marco, deux ouvriers du groupe Colas qui travaillent sur le chantier de la troisième ligne de tram de Saint-Étienne. Ils expliquent que certes, le chantier est vital pour l'entreprise,  et que du coup la pression est très forte sur le personnel pour finir dans les temps,  et que le licenciement de leur collègue, chauffeur poids lourd, pour avoir heurté un des poteaux du chantier est inadmissible.