Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Haute-Vienne : Les salariés des porcelaines Coquet ne connaîtront leur repreneur que le 23 août

-
Par , France Bleu Limousin

Les 82 salariés de l'entreprise J.L Coquet, à Saint Léonard de Noblat, sont toujours très inquiets. Ils ne connaîtront probablement pas le nom de leur futur repreneur avant leur retour de vacances. Une situation stressante pour la plupart d'entre eux.

Les salariés de JL Coquet réunis en AG dans les locaux de l'entreprise
Les salariés de JL Coquet réunis en AG dans les locaux de l'entreprise © Radio France - Frédéric Cano

Saint-Léonard-de-Noblat, France

A Saint-Léonard-de-Noblat, les salariés de l'entreprise de porcelaine JL Coquet qui est en liquidation judiciaire se sont réunis une dernière fois ce vendredi avant de partir en vacances.  Dans une salle, ils écoutent le résumé de l'audience du tribunal de commerce de Paris qui s'est tenue la veille, mais dont on connaîtra la décision que le 23 août prochain. 

Deux candidats à la reprise

C'est le groupe CELT, spécialisé dans l'orfèvrerie et la robinetterie de luxe, qui a toujours la préférence des salariés. Le porcelainier Bernardaud, lui, ne fait pas l'unanimité, loin de là :"Aujourd'hui sa solution c'est délocaliser la moitié du personnel, et avec ceux qui vont rester cela ne va jamais fonctionner" confie Philippe Champitre, calibreur chez Coquet depuis 10 ans. 

Des espoirs et des doutes

Le choix des salariés se porte sur la proposition de reprise du groupe CELT, mais ils savent qu'ils n'ont pas la main sur ce dossier :"Les équipes sont stressées, et elles ne savent pas quel sera leur avenir", insiste Anne Dalle, la directrice du site industriel. Réponse le 23 août, lors de la prochaine audience du tribunal de commerce de Paris.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu