Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés de l'usine de béton "Bonna Sabla" sont en grève à Nivolas-Vermelle

-
Par , France Bleu Isère

Une quarantaine de salariés de Bonna Sabla sont en grève ce mercredi 16 octobre à Nivolas-Vermelle (Isère). Ils protestent contre le plan social annoncé par la direction. D'ici le mois d’août, 250 emplois seront supprimés chez le leader français des solutions en béton préfabriqué.

Les salariés de Bonna Sabla en grève à Nivolas-Vermelle
Les salariés de Bonna Sabla en grève à Nivolas-Vermelle © Radio France - Nina Valette

Nivolas-Vermelle, France

Depuis l'annonce du plan social chez Bonna Sabla, les salariés du site de Nivolas-Vermelle, en Isère, ne décolèrent pas. D'ici le mois de juillet 2020, la petite quarantaine de membres de cette usine va devoir quitter le site. Sur les 21 sites du groupe, cinq vont fermer en 2020 dont le site isérois.

"Ils ont tué l'usine !" 

Bonna Sabla, c'était 3.000 personnes il y a quelques années, avant de multiplier les plans sociaux et de perdre les deux tiers de ses effectifs. En 2020, environ 250 salariés vont être licenciés. En Isère, ça représente l'ensemble des salariés du site. C'est pour ça que les ouvriers sont rassemblés devant la grille de l'usine ce mercredi 16 octobre. "C'était une journée importante pour les livraisons aujourd'hui. Nous sommes obligés de marquer le coup pour obtenir des indemnités dignes de ce nom", explique Manuel, représentant du personnel. 

Il faut dire qu'autour des palettes en bois, les salariés n'ont plus l'espoir de sauver l'entreprise. "Ça fait des années que Bonna Sabla refuse de moderniser le matériel. C'est un assassinat", s’énerve Frédéric, le plus ancien de l'usine Iséroise avant d'ajouter : "Comment je vais faire à 53 ans pour trouver un boulot ? Je vais aller chez Pôle-emploi et dire 'je sais conduire le seul exemplaire de cette machine en France'! Ça devrait être interdit de fermer une boîte qui fonctionne" 

Encore un espoir ?

De son côté, le service communication de Bonna Sabla explique que deux des trois secteurs du groupe ne fonctionnent plus. Pour sauver le reste de l'entreprise, il faut fermer certains sites. "En revanche, nous avons une autre activité qui génère de l'emploi. Nous allons peut-être pourvoir recaser une centaine de salariés sur les usines de la région parisienne, ou de Bruz, à côté de Rennes", raconte l'un des membres du service de communication joint par France bleu Isère. En revanche, aucun site de reclassement n'est dans notre département. 

Bonna Sabla serait également, en plus, en négociation avec un possible repreneur. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu