Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés de la CCI de Moselle réunis pour dénoncer "un casse social d'ampleur"

mardi 17 juillet 2018 à 19:15 Par Magali Fichter, France Bleu Lorraine Nord

Une quarantaine de salariés de la Chambre de commerce et d'industrie de Moselle ont manifesté, ce mardi, devant les locaux de la CCI à Metz. Ils craignent la suppression de 8.000 postes en France, 50 sur 90 dans le département.

8000 postes seraient menacés dont une cinquantaine en Moselle
8000 postes seraient menacés dont une cinquantaine en Moselle © Radio France - Magali Fichter

Metz, France

Ils avaient tiré une première sonnette d'alarme il y a quelques jours : une quarantaine de salariés de la Chambre de commerce et d'industrie de Moselle étaient devant les locaux de la CCI à Metz ce mardi midi, comme dans de nombreuses autres villes, pour dénoncer une nouvelle fois ce rapport de l'Inspection générale des finances qui préconise de diminuer de 400 millions d'euros les ressources des CCI dans toute la France.

50 postes en Moselle, c'est terrible, tout le monde se demande qui va partir ou non" - Anne Dour, déléguée CFE-CGC

Selon eux, 8000 postes risquent d'être supprimés au niveau national, et une cinquantaine sur 90 en Moselle, et cela signifie moins de postes, moins de missions, moins de moyens pour accompagner les entreprises : "C'est un casse social d'ampleur, déplore Anne Dour, déléguée syndicale CFE-CGC. 50 postes en Moselle, c'est terrible, tout le monde se demande qui va partir ou non (...) on ne connaît pas non plus les tâches qui vont nous rester."

On a l'impression qu'on nous met un coup d'arrêt, alors qu'il y a un vrai besoin" - Laurence Cosshalter, conseillère entreprise à CCI Formation

Dans les différents services, c'est la consternation. Laurence Cosshalter, est conseillère entreprise à CCI Formation, elle met en relation des entreprises et des jeunes qui cherchent des contrats d'alternance : "on ignore très souvent que les chambres de commerce sont la deuxième entité en France qui s'occupe de formation", explique-t-elle. 

"Avec la réduction du personnel qui est annoncée, poursuit Laurence Cosshalter, la qualité du service va se dégrader, on va devoir renoncer à certaines missions, alors que nos formations débouchent sur des emplois, des situations pérennes, des CDI. On a l'impression qu'on nous met un coup d'arrêt, alors qu'il y a un vrai besoin."

Des services qui pourraient être intégralement supprimés

Même son de cloche du côté du Centre de formalité des entreprises : ce service reçoit des créateurs d'entreprise, notamment des commerçants, pour les aider dans leurs formalités administratives. Et selon les salariés, il est intégralement menacé : il pourrait passer à 100% en ligne, donc sans personne physique pour s'occuper des clients. 

Sylvie Desforges, agent CFE en Moselle, décrit l'ambiance actuelle au travail comme "anxiogène et très difficile". Pour elle, si le service est supprimé, c'est "regrettable pour les commerçants, qui vont être livrés à eux-même devant leurs ordinateurs, alors qu'on les reçoit sans rendez-vous toute la journée". Regrettable aussi bien sûr pour les salariés : "On s'est beaucoup investis à la CCI, et aujourd'hui, on est traités comme des chiens".