Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés de la Croix Rouge ont manifesté ce jeudi pour des salaires décents

jeudi 17 mai 2018 à 17:30 Par Annabelle Wanecque, France Bleu Touraine

Les salariés de la Croix Rouge dénoncent la politique salariale de leur association. Ils étaient appelés à faire grève ce jeudi partout en France pour réclamer une revalorisation qui, selon eux, n'a pas eu lieu depuis plus de 10 ans.

Les salariés de la Croix Rouge installent leurs banderoles place Jean Jaurès à Tours
Les salariés de la Croix Rouge installent leurs banderoles place Jean Jaurès à Tours © Radio France - Annabelle Wanecque

Tours, France

Les salariés tourangeaux de la Croix Rouge ont manifesté tout ce jeudi place Jean Jaurès à Tours ! Ils se sont relayés de 10h à 17h pour dénoncer des salaires bloqués depuis plus de 10 ans. Depuis 2009 par exemple, la valeur du point n'a augmenté que de 5 centimes. Ces salariés réclament donc une revalorisation, pour les plus petits salaires surtout. Une revendication nationale, puisque l'appel à la grève avait été lancé dans toute la France.  

En Indre-et-Loire, la Croix Rouge possède six établissements, le plus important étant le centre de rééducation Bel Air à la Membrolle-sur-Choisille avec 200 salariés. C'étaient d'ailleurs les salariés de ce centre qui constituaient le gros des troupes place Jean Jaurès. Comme Christelle par exemple. Elle est aide soignante. Elle gagne 1300 euros net après 22 ans de travail à Bel Air. Elle a appris à faire avec. "On compte, on devient de très bons comptables !" plaisante-t-elle. Sa collègue Bénédicte est dans la même situation, avec 1130 euros. "Dès qu'on reçoit la paye, on fait attention à ce que les prélèvements passent et le reste on ne peut pas, on se prive de sorties, de plaisirs". 

Les deux l'assurent, dans la fonction publique hospitalière ou dans le privé, elles gagneraient au moins 200 euros de plus. Ce qui fait que beaucoup de salariés jettent l'éponge. "Des salariés quittent nos établissements, on a du mal à recruter des professionnels" déplore Christian Michaud, infirmier à Bel Air, mais aussi élu CFDT. "On se retrouve dans des situations critiques, on fait appel à beaucoup de CDDs, beaucoup d'intérimaires".

De bas salaires qui ont des conséquences sur les patients

Christian Michaud relate une discussion qu'il a eu l'été dernier avec l'un de ses patients et qui, selon lui, illustre les conséquences de ces bas salaires sur les soins. "Un patient m'a dit ça fait trois mois que je suis là et j'ai du montrer mes fesses à au moins 50 personnes différentes ! Tous les jours j'ai un nouveau salarié qui vient, un professionnel qui me dit comment on fait déjà pour s'occuper de vous !" 

Et tous font surtout part de leur incompréhension. La Croix Rouge met en avant des valeurs humanistes, mais selon eux, pas pour ses salariés. Au total, l'association fait travailler près de 300 personnes dans le département. Elle compte 18 000 salariés partout en France