Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les salariés de La Halle à Béziers réclament un peu de considération

-
Par , France Bleu Hérault

Le groupe Vivarté, auquel appartient l'enseigne, est au plus mal financièrement. Les 19 salariés des quatre magasins de Béziers risquent d'être licenciés d'ici la fin de l'été. Ils estiment ne pas être soutenu par les élus locaux et déplorent de devoir se battre dans l'indifférence générale.

L'enseigne de vêtements La Halle.
L'enseigne de vêtements La Halle. © Radio France - Claire Leys

Le tribunal de commerce de Paris a accepté il y a quelques semaines l'ouverture d'une procédure de sauvegarde pour la chaîne de magasins de vêtements et chaussures La Halle (860 boutiques en France) et a décidé d'une période d'observation de six mois. L'enseigne est au plus mal  après la fermeture imposée par la crise du coronavirus. 

19 emplois menacés à Béziers

Pour les 19 salariés des quatre magasins La Halle situés à La Ginièsse à Béziers, l'inquiétude grandit. Ils ne savent pas à quelle sauce ils vont être mangés. Deux repreneurs se sont manifestés, Chaussea et Beau-Manoir, mais  ils ne reprendraient que deux des quatre magasins biterrois. Il est peu probable que tout le personnel soit repris et beaucoup de salariés craignent un licenciement d'ici la fin de l'été.

Samedi dernier, ils étaient en grève pour alerter sur leur situation et dénoncer le manque de soutien des élus locaux. "Moi j'ai 26 ans de boîte. J'ai l'impression que je suis rentrée dans l'entreprise et on l'a pas su, j'en sors, il ne se passe rien. Samedi, on a fait grève, les clients nous demandaient pourquoi. Ils n'étaient pas au courant. On n'a pas vu de journalistes, ni les élus locaux comme par exemple le maire de Béziers. Il y a quand même quatre magasins, 19 emplois menacés dans une ville où le taux de chômage est important. On n'existe pas. C'est difficile à vivre" déplore Khadija Badaoui, vendeuse et représentante du syndicat FO. 

Khadija Badaoui vendeuse à La Halle de Béziers et représentante FO

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu