Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés de la laiterie de Saint-Saviol apprennent la perte de leur emploi juste avant la Fête du Travail

-
Par , France Bleu Poitou

Les 97 salariés de la laiterie de Saint-Saviol, dans le Sud-Vienne, ont appris lundi, lors d'un comité social et économique, que leur usine appartenant au groupe Savencia (ex-Bongrain) fermerait ses portes en octobre 2019.

Des salariés réunis devant la laiterie de Saint-Saviol (Vienne) après l'annonce de la fermeture du site en octobre 2019
Des salariés réunis devant la laiterie de Saint-Saviol (Vienne) après l'annonce de la fermeture du site en octobre 2019 © Radio France - Jules Brelaz

Saint-Saviol, France

Rachetée en 2013 par le groupe Savencia (anciennement Bongrain), la laiterie de Saint-Saviol, près de Civray, dans le sud-Vienne, mettra la clé sous la porte en octobre 2019. L'annonce de la fermeture a été faite aux 97 salariés au cours d'un comité social et économique extraordinaire lundi, soit deux jours avant la Fête du Travail.

C'est vraiment se foutre de nous, on n'est pas des êtres humains, on est des esclaves. (Mireille et Jacqueline)

"L'ensemble des salariés est choqué, s'ils avaient décalé dans le temps, ça serait tombé au moment des fêtes de Noël, donc ça aurait été encore plus cynique", explique Gérald Granger, délégué du personnel. 

Tout le monde est abasourdi, on prend ça de plein fouet, j'ai vu des gens pleurer, toutes nos familles pleurent, ça m'a bouleversé. (Gérald Granger)

"Moi j'ai fait une nuit blanche, raconte Alexandra, salariée de la laiterie depuis 11 ans. J'ai deux gamins en bas âge, une maison, un crédit de voiture... Pour tout ça, l'avenir va être compliqué."

La direction justifie la fermeture par un manque de rentabilité

L'annonce de la fermeture du site est d'autant plus douloureuse pour les salariés que, lors du rachat il y a six ans, le nouveau propriétaire avait investi plus de 12 millions d'euros pour moderniser l'usine. La laiterie de Saint-Saviol produit actuellement des spécialités locales comme le Mottin Charentais ou le Platane, ainsi que des Camembert et Coulommiers bio à destination de la grande distribution. 

Les grandes surfaces nous demandent tous les ans de fabriquer moins cher, toujours moins cher, chose que l'usine ne pouvait plus supporter. (Gérald Granger)

Malgré ces investissement, de nombreux ouvriers ont le sentiment d'avoir "été tués à petit feu" par "de mauvais choix d'entreprise". Le syndicat CGT de la Vienne dénonce de son côté une logique de "tueur d'usine" de la part du groupe Savencia, à l'origine de la fermeture d'une laiterie voisine en octobre 2018, celle de Claix, en Charente.

Le pot de terre contre le pot de fer

Francis, vingt années d'ancienneté à la laiterie, rappelle que le groupe Savencia a réalisé en 2018 près de 5 milliards d'euros de chiffre d'affaire. "Les actionnaires pensent à leurs dividendes."

Si il y a une branche morte, on la coupe, et on ne s'occupe pas de savoir si des gens restent sur le carreau, c'est le cadet de leurs soucis. (Francis) 

Cette fermeture est un "choc" pour la commune. Le maire de Saint-Saviol se dit "très surpris, très déçu, dépité même, pour les ouvriers et pour tout le bassin de vie, et les trois départements qui sont concernés, c'est terrible", affirme Bertrand Geoffrey.

L'élu a d'ores et déjà alerté les parlementaires du Poitou, le député du Sud-Vienne Jean-Michel Clément, ainsi que les sénateurs Yves Bouloux et Alain Fouché, afin qu'ils pèsent dans les négociations du futur plan social. C'est dans le cadre de ce plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) que certains salariés se sont vus proposés des solutions de reclassement dans d'autres sites du groupe, le plus proche étant situé dans les Deux-Sèvres, à Saint-Loup-sur-Thouet, à trois heures de route aller-retour.