Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés de la SAM à Neuves-Maisons en grève illimitée

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Face au silence de la direction sur les questions d'augmentation de salaires alors que 40 millions d'euros ont été versés aux actionnaires, les 380 salariés de l'aciérie ont déclenché dimanche soir un mouvement de grève illimité. Ils ne comptent pas lâcher prise.

Les salariés grévistes filtrent les entrées et sortie de l'usine
Les salariés grévistes filtrent les entrées et sortie de l'usine © Radio France - Mohand Chibani

Neuves-Maisons, France

Ils veulent aussi leur part du gâteau. Les salariés de la SAM (Société des Aciers d'Armatures pour le béton) à Neuves-Maisons sont en grève illimitée depuis dimanche. Ils réclament des augmentations de salaires et une meilleure répartition de l'intéressement entre les actionnaires et les ouvriers. Ils sont un peu moins de 400 à travailler sur le site meurthe-et-mosellan. Le groupe vient de reverser quelques 40 millions d'euros à ses actionnaires mais refuse pour le moment d'accorder des augmentations aux salariés d'où la colère des sidérurgistes. Spécialisé dans la production de bobine de fil d'acier, les machines sont totalement à l'arrêt depuis dimanche. 

les trois unités de production de la SAM sont à l'arrêt - Radio France
les trois unités de production de la SAM sont à l'arrêt © Radio France - Mohand Chibani

Assis sur une chaise et bloquant l’entrée de l’usine, un salarié explique les raisons de sa colère « ça fait plus de dix ans que je suis embauché ici, et je n’ai bénéficié que d’une seule augmentation individuelle en dix ans. Trouvez-vous ça normal ? Pourtant, j’aime mon travail mais je veux juste avoir ce qui me revient normalement ».

Ici, nous ne sommes que des numéros, un salarié gréviste

L’autre entrée de l’usine, située le long du canal est également bloquée par un brasero. Un groupe de jeunes salariés y ont déployé quelques barrières « il y a ici des salariés qui travaillent depuis quinze ans et ils touchent à peine plus de cinquante euros que les jeunes qui viennent d’être embauchés. Avec quinze ans d’ancienneté, on touche 1650 euros tout au plus, ce n’est pas normal » clame l’un d’eux. « Ici, nous ne sommes que des numéros. Je mets au défi un membre de la direction de dire comment je m’appelle. Ils ne nous connaissent pas » se désole un autre ouvrier.

La SAM à Neuves-Maisons emploie 380 salariés - Radio France
La SAM à Neuves-Maisons emploie 380 salariés © Radio France - Mohand Chibani

40 millions d'euros aux actionnaires

Vêtu d’un gilet jaune mais sur lequel figure le logo de la CGT, Loic Deshayes est le délégué syndical de l’usine « le mouvement est suivi par une majorité des 380 salariés de l’aciérie car ils ont vu rouge lorsqu’ils ont appris qu’une poignée d’actionnaires se sont vu verser en fin d’année dernière plus de 40 millions d’euros de dividendes alors que nous notre prime d’intéressement a été divisée par deux. Ils y ont vu une forme d’injustice ».

La SAM appartient au groupe italien RIVA. Le groupe emploie 1500 salariés en France répartis sur 7 sites de production.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu