Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés attendent beaucoup de la nouvelle réunion sur la sucrerie Saint Louis d'Eppeville

-
Par , France Bleu Picardie

Après l'annonce de la fermeture de leur usine, les employés de la sucrerie Saint Louis d'Eppeville se demandent ce qu'ils vont devenir. Un comité central est prévu ce mardi à Paris, pour préciser les modalités de reclassement des salariés.

122 salariés doivent être reclassés sur le site de Roye (Somme).
122 salariés doivent être reclassés sur le site de Roye (Somme). © Radio France - Élodie Touchais

Eppeville, France

Les salariés de la sucrerie d'Eppeville en sauront un peu plus sur leur sort, ce mardi. Un comité central d'entreprise a lieu au siège du groupe Saint-Louis Sucre Südzucker, à Paris.  La sucrerie d'Eppeville a déjà annoncé qu'elle fermerait, mais doit proposer de reclasser les 122 salariés sur son site de Roye (Somme).

Un reclassement à une vingtaine de km... Mais certains n'ont pas le permis

La réunion du jour devrait permettre de préciser les hypothèses de reclassement : "des propositions vont être faites pour les reclassement sur Roye, explique Régis Grost, le délégué syndical CGT et secrétaire du CE, mais il faut prendre en compte l'impact sur la vie des gens. On rajoute 25 km de trajets, c'est du temps de déplacement plus important. Chez nous certains n'ont pas le permis, ils devront le passer. Ce n'est pas anodin, même pour la santé des gens, c'est plus de fatigue". 

"On est sceptique"

Une hypothèse qui suscite des doutes chez les salariés : "On a du mal à imaginer comment on va reclasser 122 personnes sur Roye, alors que c'est un site qui tourne, qui a le personnel nécessaire, ajoute Régis Grost. On ne voit pas comment on pourrait être reclassé là-bas alors qu'il n'y a pas de nouvelle activité ou d'ouverture d'atelier. On est un peu sceptique. On attend de voir ce qu'ils entendent par reclassement"