Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

Les salariés de Luxfer refont les comptes et des contre-propositions

jeudi 31 janvier 2019 à 17:21 Par Emmanuel Moreau, France Bleu Pays d'Auvergne

Ils ne veulent pas négocier un plan de départ mais sauver leurs 136 emplois. Les salariés de Luxfer, à Gerzat, ont travaillé ensemble pour faire des contre-propositions à leur direction et sauver leur usine. Réponse le 12 février.

La présentation des contre-propositions
La présentation des contre-propositions © Radio France - Emmanuel Moreau

Gerzat, France

Le dossier fait 30 pages. Il a été présenté à la direction du groupe ce mercredi. Pour les salariés de Luxfer, le site de Gerzat est rentable et il peut l'être encore plus. Ils ont donc travaillé ensemble pour trouver les économies possibles et déterminer les investissements nécessaires, pour que leur usine réponde aux souhaits des actionnaires. 

Ils proposent 16 projets et trois niveaux d'investissement; le plus faible (1,7 millions d'€uros) pour remettre à niveau le site, le niveau moyen (2 millions d'€uros) pour travailler correctement, et le plus important (4,4 millions d'€uros) pour moderniser l'usine en profondeur. Selon leurs calculs, le retour sur investissement dans tous les cas est très rapide, au maximum 18 mois. Des propositions faites avec l'aide d'un cabinet comptable. 

Parmi les 16 projets, il y a par exemple optimiser la chaîne de peinture (10.000 €uros d'économie par an), la mise en place d'une ligne de fabrication des bouteilles en métal (300.000 €uros d'économie par an, pour un investissement de 370.000 €uros), automatiser l'emballage (50.000 €uros d'économie par an pour 30.000 €uros d'investissement). L'économie la plus importante vient d'une réorganisation du travail au sein de l'entreprise, ce qui permettrait de ne plus avoir recours aux intérimaires, une économie de 800.000 €uros par an. 

Le 12 février, et ensuite

En faisant ce travail, les salariés disent avoir eu parfois la surprise de voir que leur proposition avait été étudiée au cours des dernières années, sans pour autant être mise en oeuvre, ce qui renforce leur conviction que Luxfer a condamné leur usine depuis longtemps. Ils attendent maintenant la réponse de leur direction. Elle sera donnée le 12 février, au cours d'un comité d'entreprise. La veille, des représentants des salariés seront reçus au ministère de l'Economie.

Malgré leur travail, les salariés préfèrent ne pas se faire d'illusion. En cas de réponse négative, pas question de baisser les bras mais le mouvement pourrait se durcir. Et un plan B est déjà envisagé, la recherche d'un repreneur. Des contacts sont déjà pris dans la plus grande discrétion, pas question donc d'en savoir plus pour le moment. Ils comptent aussi sur le soutien des élus pour les aider à sauver le site de Gerzat.