Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés de Steva à Bessines marchent sur Limoges pour obtenir un coup du pouce de l'Etat

mardi 10 avril 2018 à 17:01 Par Françoise Ravanne, France Bleu Creuse et France Bleu Limousin

Après la mise en redressement judiciaire de leur entreprise de Bessines, les 115 salariés de Steva ont mené ce mardi une opération escargot sur l'A 20 avec pour destination la préfecture à Limoges où une délégation a été reçue. Leur objectif : obtenir une table ronde avec le préfet et les élus.

Les salariés de Steva devant la préfecture à Limoges où une délégation a été reçue
Les salariés de Steva devant la préfecture à Limoges où une délégation a été reçue © Radio France - Françoise Ravanne

Limoges, France

"Nous avons obtenu ce que nous voulions en venant à Limoges" c'est par ces mots que Bruno Grimaux, le secrétaire FO du comité d'entreprise de Steva résume l'entrevue à la préfecture de Haute-Vienne. Car en venant à Limoges et en menant une opération escargot sur l'autoroute A 20 depuis Bessines, les salariés espéraient un soutien des représentants de l'état et l'organisation d'une table ronde pour parler des difficultés de l'entreprise. Une table ronde qui aura bien lieu lundi prochain avec la sous prefète de Bellac , des élus locaux , de la région et le PDG de Steva.

Une mise en demeure qui fait très mal et qui renforce la détermination

Si les salariés ont reçu l'intégralité de leurs salaires pour le mois de mars, ils n'en restent pas moins très inquiets car c'est le 5 juin que s'achève la période de redressement judiciaire. " On n'est pas à l'abri d'une liquidation judiciaire" estime le syndicaliste Bruno Grimaux. Raison de plus pour se bouger estiment les salariés de l'usine de Bessines. C'est pour cela que ce vendredi ils ont convié 50 maires de Creuse et de Haute-Vienne à venir découvrir leur usine et montrer leur savoir-faire. 

Mais ce qui renforce l'indignation des salariés c'est la mise en demeure pour loyers impayés reçue par Steva . La SCI détenue notamment par l’ex-actionnaire d’Altia, Patrice Durand, et qui est toujours propriétaire des murs réclame 75 000 euros de loyers à Steva. "Si l’administrateur judiciaire verse un euro à Durand,un seul euro, les salariés vont le séquestrer" avertit le délégué FO de l'usine Steva à Bessines.