Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés de WN inquiets aussi pour les fournisseurs

-
Par , France Bleu Picardie

Le repreneur du site de Whirlpool a été placé en redressement judiciaire il y a un peu plus d'un mois. En plus d’être inquiets pour leur avenir, certains salariés redoutent aussi des conséquences pour les fournisseurs.

L'entrée de l'entreprise WN
L'entrée de l'entreprise WN © Maxppp - Fred Douchet

Les salariés de WN manifesteront ce jeudi à Amiens. Ils vont quitter le parking de l'entreprise à 13h30 pour rejoindre le centre-ville. WN, le repreneur de l'usine Whirlpool, a été placé en redressement judiciaire début juin, un an seulement après son lancement. L'entreprise devait notamment fournir des casiers réfrigérés, des cages d'ascenseur et des voiturettes électriques. Mais l’activité est au point mort. Et certains salariés craignent des conséquences en cascade pour les fournisseurs.

Location de matériel, quincaillerie, maçonnerie…

WN a des dettes conséquentes. Selon nos informations, elle aurait des ardoises auprès une cinquantaine d'entreprises. Des sommes plus ou moins importantes : cela va de 500 euros de location de poste de soudure dûs à une entreprise de Rivery à plusieurs dizaines de milliers d'euros toujours impayés  à une société de maçonnerie qui a posé une balle de béton dans l'atelier. WN aurait aussi des dettes pour des machines ou pour de la quincaillerie. A tel point que certains fournisseurs amiénois refuseraient d’approvisionner l’entreprise de Nicolas Decayeux depuis plusieurs mois. Selon plusieurs salariés, ces difficultés auraient obligé WN à aller s'approvisionner plus loin, dans l'Aisne, pour de la visserie par exemple. Une attitude que Vincent Delignières ne partage pas. Son entreprise - Elevec – loue des chariots élévateurs à Lamotte-Warfusée. Deux de ses engins sont chez WN depuis six mois. Une facture de près de 5000 euros : «Aujourd’hui, on leur prête ce matériel sans vraiment attendre de retour : une société de ce type ne peut pas se refaire sans chariots élévateurs. Dans l’industrie, tout est livré sur palettes et tout repart sur palettes. Sans chariots, il faudrait trois à quatre personnes pour faire le travail d’une personne. » Vincent Delignères se considère dans une forme de démarche solidaire « dans l’espoir que WN remonte la pente et se remette en place. » 

Des « dommages collatéraux »

Certains salariés de WN ont peur d’entraîner d’autres entreprises locales dans une spirale négative, comme cet employé qui préfère garder l’anonymat : « Les difficultés de WN mettent à mal d’autres entreprises. Notre situation est compliquée, mais nous ne voulons pas qu’il y a ait trop de dommages collatéraux. Nous pensons à ces sociétés qui souffrent de la situation de WN. C’est terrible, ce sont des entreprises qui nous ont fait confiance. On espère que leur situation aussi va s’arranger. »

Les repreneurs potentiels de WN ont jusqu'au vendredi 12 juillet pour déposer leur projet. Les offres seront ensuite examinées. Le tribunal de commerce d'Amiens se prononcera le 26 juillet.