Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Les salariés du groupe Thalès à Laval s'opposent au transfert d'une partie des activités du site en Corrèze

-
Par , France Bleu Mayenne

Une petite centaine de salariés de Thalès à Laval se sont rassemblés ce lundi matin devant leur entreprise, pour protester contre l'annonce du transfert d'une partie des activités du site lavallois vers Brive en Corrèze.

Les salariés de Thalès à Laval ont débrayé quelques heures ce lundi matin.
Les salariés de Thalès à Laval ont débrayé quelques heures ce lundi matin. © Radio France

Laval, France

Les salariés de Thalès à Laval ont de nouveau prévu de débrayer ce mardi matin entre 7h30 et 9h30. Une petite centaine d'entre eux se sont déjà mobilisés ce lundi matin. Le groupe spécialisé dans les équipements de guidage et de communication, notamment pour l'armée, veut transférer une partie de ses activités, du site lavallois vers son site de Brive en Corrèze. La production d'appareils de reconnaissance et d'identification alliés, pour éviter les tirs fratricides, reste à Laval, en revanche la production de systèmes de communication sécurisés serait transférée à Brive.

Un rassemblement à l'appel de la CFDT et de la CFE-CGC

Les quatre salariés en CDI qui produisent actuellement les systèmes de communication sécurisés seraient donc affectés à la production d'appareils de reconnaissance et d'identification, pour faire face à un pic de commandes.

"On est un site avec une histoire un petit peu compliquée parce qu'en 2007 le site a failli fermer. Pour sa pérennité il ne faut pas que ce site soit concentré seulement sur son activité d'identification, il faut aussi que l'on puisse continuer à faire les activités de communication sécurisée. D'avoir plusieurs activités ça permet, quand il y a une de ces activités qui se porte moins bien, de pouvoir compenser par les autres activités. Pour la pérennité du site à long terme, il faut conserver toutes les activités qu'on a actuellement sur le site à Laval", argumente Benoit Picard, élu CFDT.

La mono-activité dans une entreprise est très dangereuse

"La mono-activité dans une entreprise est très dangereuse. On équipe des plateformes. Dans quelques temps, les plateformes vont être équipées de nos produits, et forcement il y aura une légère baisse d'activité, une baisse de charge. En enlevant les activités annexes, rester en mono-activité avec à moyen terme une baisse de charge, peut être dangereux pour un site et plus facile à fermer", redoute Mickaël Bézier, délégué du syndicat CFE-CGC.

Benoit Picard est délégué CFDT, Micakël Bézier est délégué CFE-CGC.

Pour pouvoir honorer les commandes d'appareils de reconnaissance et d'identification, la direction doit embaucher les personnels précaires. Selon les syndicats, il y a 242 salariés en CDI sur le site de Laval, et 106 salariés en contrats précaires (intérim, CDD, stages, contrats d'apprentissage).

"On a beaucoup de personnes qui sont en situation précaire sur le site, si on embauchait une partie de ces personnes, on serait en capacité d'absorber le pic de charge que nous avons en 2020. Entre un tiers et un quart des personnes présentes sur le site ne sont pas en CDI. Au quotidien ça apporte une désorganisation importante qui nuit à notre productivité. Embaucher une partie de ces personnes pourrait nous permettre de passer ce pic d'activité", ajoute Benoit Picard.  

Benoit Picard est délégué CFDT.

Une réunion est prévue ce mardi matin à 9h30 entre syndicats et direction de Thales.

La direction de Thalès n'a pas souhaité répondre à nos questions. Elle indique dans un communiqué qu'il ne s’agit pas à ses yeux "d’un transfert d’activités mais d’un rééquilibrage de charge entre les sites de Laval et de Brive n’ayant aucun impact sur l’emploi. L’activité de Laval est très dense et ce rééquilibrage doit permettre une meilleure complémentarité des deux sites". 

Selon Thales, l'objectif est de trouver "le meilleur équilibre de charge" entre les sites "afin de renforcer les compétences de chacun et assurer leur pérennité".  

Le groupe Thales emploie 80 000 personnes, dont la moitié en France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu