Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

Les salariés poitevins de Comdata réclament la prime Macron

mercredi 13 mars 2019 à 17:47 Par Vincent Hulin , France Bleu Poitou

Sur le site Comdata de Jaunay-Marigny, près de 150 salariés de la plate-forme téléphonique ont débrayé une partie de la journée. Les salariés réclament le versement de la prime Macron mais la direction ne veut rien entendre, c'est la "goutte d'eau" selon eux.

débrayage sur le parking de Comdata
débrayage sur le parking de Comdata © Radio France - Vincent Hulin

Jaunay-Clan, France

Ça faisait longtemps que le site poitevin de Comdata, (ex CCA International) n'avait pas fait parler de lui à l'occasion d'un mouvement social. A l'appel de l'intersyndicale c'est Jaunay-Marigny mais aussi une vingtaine de sites du groupe qui ont subi un débrayage d'une partie du personnel.

Alors que les négociations salariales sont en train de se discuter (NAO) les employés, pour la plupart au smic, s'attendaient à toucher la fameuse prime Macron. "Nous sommes environs 150 à avoir débrayé ce mercredi matin, sur les 400 salariés, car on en a ras-le-bol", dénonce Jérôme Guillot, délégué syndical CGT. "Certains parmi nous font grève pour la première fois.

"Ne serait-ce qu'une prime de 50 euros"

Confirmation auprès de deux collègues femmes qui préfèrent garder l'anonymat : " Notre groupe détenu par le deuxième fonds de pension américain pèse un milliard d' euros à l'international et 300 millions d'euros au niveau français, on nous demande plein d'efforts, dans l'aménagement des horaires, une adaptabilité maximum, les donneurs d'ordre sont de plus en plus exigeants (Canal +, Engie, Maïf, Orange,SFR... ) donc une petite prime c'est toujours sympa à prendre et là, fin de non recevoir on nous dit on n'a pas d'argent pour ça, ne serait-ce qu'une prime de 50 euros".