Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les salariés sans-papiers qui nettoient onze Burger King d'Île-de-France ont eu gain de cause après deux jours de grève

jeudi 5 octobre 2017 à 9:16 Par Marc Bertrand, France Bleu Paris et France Bleu

Les 24 salariés sans-papiers grévistes qui occupaient depuis ce mardi matin le fast-food ont levé le camp après avoir obtenu gain de cause sur la "totalité" de leurs revendications, selon la CGT.

L'occupation aura duré deux jours dans le Burger King de la place de la République à Paris.
L'occupation aura duré deux jours dans le Burger King de la place de la République à Paris. © Radio France - Marc Bertrand

Paris, France

Les 24 salariés sans-papiers grévistes qui occupaient depuis ce mardi matin le restaurant Burger King, place de la République à Paris, ont levé le camp. Employés d'une société de nettoyage, sous-traitant de la chaîne de fast-food Burger King, ils dénonçaient les pratiques illégales de leur employeur, la société Albiance, l'accusant d'organiser l'embauche de travailleurs irréguliers.

Les magasins de République, mais aussi Gare de l'Est, La Défense, Barbès, Rosny-sous-Bois ou encore Aulnay-sous-Bois sont concernés. Les travailleurs sans-papiers y nettoient l'ensemble du magasin, selon eux à trois pour tout faire, chaque nuit après la fermeture.

"Victoire sur la totalité des demandes" pour les salariés, selon la CGT

Soutenus par la CGT, ils ont obtenu une réunion avec leur employeur, la société Albiance, et le donneur d'ordre Burger King ce mercredi soir. A l'issue de la réunion, ils ont accédé à l'ensemble de leurs revendications :
- Albiance va signer les formulaires CERFA qui certifient qu'ils ont travaillé dans cette société pour appuyer leur demande de régularisation
- La société va payer l'ensemble des arriérés d'heures supplémentaires
- Elle va également leur fournir du matériel adéquat pour travailler (gants, combinaisons, grattoirs, etc.)
- L'entreprise va réévaluer à la hausse leur durée de travail contractuelle, actuellement de 3 heures alors que les salariés dénonçaient une charge de travail de 5 à 6 heures par nuit et par personne pour nettoyer un restaurant.

"Il reste des réunion techniques"

La préfecture de Paris s'est engagée à étudier leur demande de régularisation, assure Maryline Poulain, de l'Union Locale de la CGT à Paris, qui a défendu les salariés. Elle salue une "victoire sur la totalité des demandes" même si "il reste des réunions techniques" ce jeudi pour "régler la situation de chaque salarié au cas par cas".