Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Val-de-Marne : les sans-papiers de Chronopost comptent bien "tenir" le piquet de grève tout l'été à Alfortville

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Depuis bientôt deux mois, des travailleurs sans-papiers occupent l'agence Chronopost d'Alfortille (Val-de-Marne). Ces sans-papiers, travaillant ou ayant travaillé pour Chronopost, campent depuis le 11 juin dans des conditions très spartiates pour exiger leur régularisation.

Les tentes installées devant le site de Chronopost à Alfortville
Les tentes installées devant le site de Chronopost à Alfortville © Radio France - VD

Alfortville, France

Ils sont près de 80 à tenir le piquet de grève tous les jours dans cette zone industrielle au bord d'une route départementale. La mairie a fait installer des sanitaires et les sans-papiers ont planté une quarantaine de tentes. Sékou et Mohammed viennent du Mali, ils partagent une tente et son prêt à se battre jusqu’au bout. 

"On sait que c'est dur mais il faut que l'on tienne. On restera ensemble un an s'il le faut. On va se battre ensemble parce qu'on est là pour gagner nos droits". Autour d'eux, la mobilisation ne faiblit pas même en plein mois d'août, les associations et les syndicats sont là. Pour Michel Bouchet du syndicat Solidaires "il y a une immense solidarité populaire. C'est même émouvant. Des gens qui apportent des plats, des boissons. Des passants qui klaxonnent simplement pour nous dire de continuer".   

Le député du secteur, Luc Carvounas, dénonce ce "traitement inhumain"

Sauf que, pour continuer, il faut dialoguer et pour l'instant ni le groupe La Poste ni l'Etat ne leur répond. Même les différentes interventions politiques n'y ont rien changé. 

Le 9 juillet dernier, le député du secteur Luc Carnounas a dénoncé le "traitement inhumain" dont sont victimes les travailleurs sans-papiers du site Chronopost d’Alfortville. Il a demandé au gouvernement une enquête et des "autorisations temporaires de travail" pour les grévistes. Des élus FI, PS ou NPA suivent également ce dossier.

Etienne Fillot, qui représente le mouvement "Générations" à Alfortville, estime que "'l'Etat emploie directement des sans-papiers. Donc on est dans une situation nouvelle et originale et évidemment ça créé à la direction de la Poste et au sein du gouvernement des choses qui les gênent, qui les dérangent". Une nouvelle mobilisation est prévue à la rentrée, en attendant les sans-papiers de Chronopost vont tenir le piquet de grève tout le mois d'août.