Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les sociétés de sécurité beaucoup plus sollicitées depuis les attentats

-
Par , France Bleu Loire Océan

Elles ont bien vu la différence entre l'avant et l'après attentats à Paris. Elles, se sont les sociétés de sécurité, beaucoup plus sollicitées depuis le 13 novembre.

Servan Lépine dans les locaux de sa société à Orvault
Servan Lépine dans les locaux de sa société à Orvault © Radio France - Marion Fersing

Dès le vendredi 13 novembre au soir, alors que les attentats à Paris venaient tout juste d'avoir lieu, Servan Lépine, le patron d'Excellium, à Orvault, a reçu les premières demandes de ses clients pour améliorer la sécurité de leur entreprise ou de leur lieu de travail. Et ça a continué comme ça pendant tout le week-end et les jours d'après.

Très vite, Servan Lépine a reçu les premières demandes

Il faudrait 10 000 agents de plus pour répondre aux besoins

Les autres patrons de sociétés de sécurité confirment : une hausse de 10 à 15% chez ACS sécurité à Nantes, surtout pour des magasins et des banques, AGP2S, de son côté, a embauché 3 agents de sécurité supplémentaires pour répondre aux besoins de salles de cinéma. Et ça va continuer comme ça estime Servan Lépine, qui est aussi le délégué régional du syndicat des entreprises de sécurité privées. A tel point que, rapidement, il n'y aura plus assez d'agents pour répondre à la demande : "il faudrait 10 000 salariés supplémentaires pour répondre aux besoins, sachant qu'il faut entre 3 et 6 mois pour recruter et former des gens avant de pouvoir les envoyer sur le terrain".

Plus de portiques et plus de caméras de surveillance

C'est pour ça et parce que ça coûte cher d'embaucher que, toujours selon Servan Lépine, c'est la technologie qui va prendre le relais, avec l'installation de portiques, de caméras et de systèmes d'accès par badge dans un premier temps. Viendront ensuite d'avantage de systèmes de reconnaissance faciale et des drones, par exemple pour assurer la surveillance de manifestations.

Les explications de Marion Fersing

Mais ça ne fera pas tout : "il faut que nous aussi, nous changions nous changions notre comportement. Que nous soyons plus vigilents. Et que les gens prennent l'habitude d'aller voir les agents de sécurité pour leur signaler quelque chose de suspect. La technologie ne peut pas tout faire".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess