Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les sous-traitants manchois attendent beaucoup du plan de relance du secteur automobile

-
Par , France Bleu Cotentin

Bonus, primes à la conversion, incitation à l'achat de véhicules électrique ou hybride ? Emmanuel Macron devrait annoncer ce mardi 26 mai des mesures de relance du secteur automobile. Les entreprises manchoises qui fournissent des pièces aux équipementiers espèrent ne pas être oubliées.

Le secteur automobile, c'est 45% du chiffre d'affaires d'Acôme, dont les usines de Mortain emploient plus de mille salariés.
Le secteur automobile, c'est 45% du chiffre d'affaires d'Acôme, dont les usines de Mortain emploient plus de mille salariés. © Radio France - Lucie THUILLET

C’est un plan très attendu par la filière automobile, que le Président doit détailler ce mardi. Car le marché s’est effondré durant le confinement. Les ventes de voitures neuves ont chuté de 88,8% en avril en France. 

Les constructeurs et les équipementiers sont touchés mais aussi les sous-traitants "de rang 2" qui fournissent des pièces aux équipementiers également. Illustration dans la Manche avec les Filtres Guérin, fabricant d'éléments filtrants métalliques à Condé-sur-Vire, dont l'activité pour l'automobile a diminué de 80%. 

Le trou d’air, il est devant nous car les carnets de commande s’effritent donc on a besoin de mesures de très court terme, valables dès demain, assure Franck Drouault, le président. C'est  alléger au maximum toutes les charges des entreprises. Ce sont aussi des règles simples. Aujourd'hui, c'est le pot de terre contre le pot de fer, nous PME contre les équipementiers. On a déjà acheté de la matière première, on a parfois déjà les pièces en stock mais gentiment, les clients nous expliquent que ces commandes là, passées avant la crise, ils les annulent. Ce n'est pas normal.

Pour Acôme, qui fabrique des fils et des câbles à Romagny, près de Mortain dans le sud-Manche, le secteur automobile, c’est 45% de son activité sur un chiffre d’affaire de 530 millions d’euros. Or cette activité a chuté de 80 % et plus de la moitié des mille salariés sont toujours au chômage partiel en cette fin mai.

Jacques de Heere, le PDG d'Acôme, espère que ce plan de relance concernera toute la filière, y compris les entreprises très en amont comme Acôme, qui fournissent des pièces aux équipementiers automobiles :

J'espère que les mesures de relance bénéficieront à toute la filière et pas seulement aux constructeurs et aux équipementiers "de rang 1", comme après la crise de 2008-2009. Les sous-traitants qui sont derrière et qui fabriquent des attaches, des collecteurs ou des câbles comme Acôme, bien souvent ils ne sont pas du tout considérés, ils subissent de plein fouet la crise et bénéficient rarement des mesures de relance.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu