Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les surveillants de prison à bout de nerfs

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Une trentaine de surveillants ont manifesté mardi matin devant la maison d'arrêt de Nîmes. Ils dénoncent la surpopulation carcérale et les agressions en série.

Les surveillants de la prison de Nîmes mobilisés
Les surveillants de la prison de Nîmes mobilisés

Une trentaine de surveillants de prison ont manifesté devant la maison d'arrêt de Nîmes mardi matin entre 6h et 8h30. Des surveillants ont également manifesté devant le centre de détention de Mende en Lozère, à l'appel du syndicat UFAP.Les surveillants Nîmois dénoncent la surpopulation dans la prison, le manque de personnel et les agressions à répétition. La maison d'arrêt de Nîmes compte 442 détenus pour 212 places : un taux de remplissage de 230 %, qui en fait l'une des trois prisons les plus surpeuplées de France. Et comme si ça ne suffisait pas, sur les 102 surveillants, 21 sont en arrêt maladie.

Tendon arraché

Lundi matin, justement, un surveillant s'est à nouveau fait agresser par un détenu : le détenu s'est jeté sur le gradé qui lui demandait de se calmer et de retourner dans sa cellule alors qu'il était très agité. Le surveillant s'en sort avec un tendon arraché.. et 15 jours d'ITT.

Les surveillants Nîmois se disent à bout. ils dénoncent aussi le grand nombre de téléphone portales qui circulent dans la prison : les détenus appellent leur famille, mais peuvent aussi, d'après les personnels, préparer des évasions ou commander de la drogue ou des armes. Ils s'en serviraient aussi, là encore d'après l'UFAP, pour faire pression sur des témoins et des victimes.

Les surveillants de la prison de Nîmes ont manifesté, mardi, avant leur prise de poste

Reçus par Christiane Taubira

A Paris, la ministre de la justice, Christiane Taubira, a reçu une délégation du syndicat UFAP dans l'après midi..Elle leur a assuré qu'à l'avenir, les détenus seraient répartis dans les prisons en fonction de leur profil, et que les surveillants pourraient faire plus de suivi individuel. Mais l'UFAP dit devoir se battre contre le ministère de l'économie pour obtenir plus de postes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess