Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les taxis bordelais à la peine

-
Par , France Bleu Gironde

Les taxis sont durement impactés par la crise du coronavirus avec une demande toujours désespérément basse.

Toujours pas de retour à la normale pour les taxis bordelais.
Toujours pas de retour à la normale pour les taxis bordelais. © Maxppp - Theillet Laurent

"Pour nous la reprise n'est pas du tout là", déplore José. Ce chauffeur de taxi travaille depuis 10 ans à Bordeaux et il ne voit pas la reprise du marché du transport. "C'est très difficile, on enregistre des pertes importantes parce que les entreprises ne bougent plus. Les transports sont extrêmement réduits. On attend parfois 4 ou 5 heures à l'aéroport ou à la gare. Regardez là, je suis à la gare depuis 2h maintenant et toujours pas de client."

Les taxis espèrent une reprise de l'activité en septembre

Hakim est taxi depuis un peu plus d'un an à Bordeaux : "D'habitude à cette période, ce sont les clients qui attendent à la borne de la gare pas les taxis. Mais là il n'y a vraiment personne. Très peu de touristes, pas de voyageurs d'affaires, à l'aéroport c'est une catastrophe. La semaine dernière un collègue a attendu 4 heures à l'aéroport de Mérignac pour une simple petite course." 

Même constant pour Philippe, taxi depuis plus de trente ans : "heureusement que la retraite est proche. Je pense surtout aux jeunes qui viennent de se lancer. C'est très très dur pour eux. On ne voit pas de reprise et quand on a des courses, ce sont des petites courses de 10 ou 15 euros. Hier par exemple j'ai eu 4 courses pour une journée de 12 heures. Vivement septembre avec le retour d'une clientèle d'affaires car là, l'été s'annonce mort." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess