Économie – Social

Taxis : le gouvernement lance une mission pour proposer des solutions à la crise du secteur

Par La rédaction de France Bleu, France Bleu mardi 26 janvier 2016 à 10:43 Mis à jour le mardi 26 janvier 2016 à 14:56

Incidents lors de la manifestation des taxis parisiens
Incidents lors de la manifestation des taxis parisiens © Maxppp

Des incidents ont éclaté mardi matin en région parisienne lors de manifestations de taxis, mobilisés dans toute la France contre leurs concurrents les VTC. Le Premier ministre a jugé "inadmissibles" les violences. Manuel Valls a également annoncé une concertation et la nomination d'un médiateur.

Un blessé à Orly, périphérique bloqué dans l'ouest de Paris : malgré les appels au calme, certains rassemblements de taxis mardi en Ile-de-France ont donné lieu à des heurts et compliqué la circulation en pleine heure de pointe. La préfecture de police a rapporté 20 interpellations. Une délégation de taxis a été reçue par le Premier ministre ce mardi. Manuel Valls a condamné des violences "inadmissibles", et lancé une concertation qui sera coordonnée par un médiateur nommé dans les deux jours qui viennent.

Pneus brûlés et barrières jetées sur le périphérique

Dès avant l'aube à Orly, quelques dizaines de manifestants ont organisé un filtrage sur l'A106 en installant des plots sur la chaussée et ne laissant passer que les taxis en grève. Mais peu après 07h00, une navette a forcé le passage, blessant un manifestant à la jambe. Les autres manifestants s'en sont alors pris aux vitres du minibus, et ont forcé ses passagers à en descendre. Le conducteur a été interpellé. Des incidents se sont également déroulés Porte Maillot, dans l'ouest de la capitale où 300 taxis se sont mobilisés. 

>> La manifestation des taxis à Paris en direct avec France Bleu 107.1

Des manifestants ont réussi à descendre sur le périphérique et y ont allumé un feu de pneus. La voie opposée a été brièvement bloquée par des taxis venus de Belgique. Dix-neuf manifestants ont été arrêtés. 

Une concertation avec médiateur et plus de contrôles

Manuel Valls a condamné ces violences "inadmissibles", et reçu à Matignon une délégation de taxis à la mi-journée. A la sortie de cette réunion, un représentant des taxis a annoncé que le gouvernement allait nommer dans les 48 heures une personnalité "qui aura pour mission de faire des propositions pour restaurer l'équilibre économique du secteur".  Le Premier ministre a également ordonné d'amplifier les contrôles "afin de faire cesser tout comportement abusif et garantir les conditions d'une concurrence loyale" entre les taxis et les VTC.

Les taxis mettent en cause des pratiques illicites sur le terrain des VTC : géolocalisation avant la réservation, occupation de la voie publique, racolage et utilisation détournée des véhicules LOTI (transport collectif de deux à 10 personnes). Les centrales de réservation parisiennes disent enregistrer une chute d'activité de 20 à 30% et les chauffeurs craignent une chute supplémentaire de la valeur des licences, leur fonds de commerce. 

Actions en région

En région, des manifestations de taxis ont provoqué d'importantes perturbations autour de l'aéroport de Blagnac et de la gare SNCF Matabiau à Toulouse.

Tandis qu'autour de l'agglomération marseillaise, des actions avaient lieu notamment à l'aéroport Marseille-Provence, à la gare TGV d'Aix-en-Provence et en centre-ville à Marseille et Aix. 

A Lille, les taxis devaient se rassembler en fin de matinée au centre-ville. Ils avaient mis en place des barrages filtrants depuis 06h30 aux deux gares de la ville, ainsi qu'à l'aéroport. A Bordeaux, quelque 300 taxis étaient attendus en début d'après-midi au centre-ville. 

Partager sur :