Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Les temps sont durs" : les associations du Cher saluent la création d'un fonds de soutien

-
Par , France Bleu Berry

Le Conseil départemental du Cher débloque 300.000 euros d'aides pour les associations dans le domaine de la culture, du sport, de l'éducation populaire et de la jeunesse, plombées face à la crise sanitaire du coronavirus.

300 000 euros pour soutenir les associations du département du Cher
300 000 euros pour soutenir les associations du département du Cher - Conseil départemental du Cher

Pour les associations, c'est une bouffée d'air. Le Conseil départemental du Cher annonce le déblocage de 300.000 euros d'aides dans le cadre d'un fonds de soutien. Jusqu'au 21 septembre, les associations peuvent déposer un dossier auprès du département. Une aide bienvenue dans un contexte très difficile. "Les temps sont très durs. Dans les communes, il y a énormément de baisses de budget. Ça veut dire moins de fêtes, donc moins de sollicitations, moins de rentrées d'argent pour nous au final", confirme Stéphanie Pelras, présidente de l'orchestre de batterie-fanfare "L'Avenir de Bourges". "Il faut faire attention sur nos dépenses. Les conditions vont aussi être difficiles en 2021. Il y a beaucoup d'incertitudes pour la rentrée", explique-t-elle.

La crainte de voir disparaître des associations dans le Cher

Le Conseil départemental du Cher prend très au sérieux ce problème. "Certaines associations, petites ou grosses, nous ont fait part de leurs difficultés à boucler les budgets et de leur crainte de devoir mettre la clé sous la porte", précise Yann Archimbaud, directeur de cabinet du président du département. L'objectif est d'éviter de voir disparaître des associations. "Dans une commune rurale, les associations représentent du lien social. C'est parfois l'une des dernières activités. Ne pas les soutenir, c'est condamner l'activité d'une commune", explique-t-il. "En ces temps de déconfinement, les gens ont besoin de se retrouver autour d'un match de football, d'une pièce de théâtre, d'un spectacle équestre. Il était hors de question qu'on arrête cette vie sociale et ce besoin qu'ont les habitants du Cher à se retrouver et à passer un bon moment", poursuit Yann Archimbaud.

Une situation anxiogène pour les associations

Le secteur de la culture souffre particulièrement de cette situation. "On est à genoux. Les annulations se multiplient et c'est un coût énorme pour toute l'activité. Et il y a un manque de visibilité pour l'avenir. Ça nous met dans une situation anxiogène", prévient Alain Vankenhove, à l'origine de la Fabrique à Jazz, association basée à Bourges. Les pertes s'élèvent à 5.000 euros depuis le début de l'année avec l'annulation de cinq concerts. "Et à la fin de l'année, il va manquer 10.000 à 12.000 euros. Je voulais embaucher quelqu'un à la fin de l'année pour m'aider mais ça ne sera pas possible. J'espère qu'on pourra bénéficier de ce dispositif pour compenser toutes ces annulations et pour relancer l'activité. L'enjeu est là", conclut-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess