Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Les tombes du cimetière du Lude fleuries grâce à un horticulteur sarthois

-
Par , France Bleu Maine
Le Lude, France

Au lieu de jeter ses fleurs qu'il ne peut plus vendre à cause du confinement, un horticulteur sarthois va fleurir 2.000 tombes du cimetière du Lude.

Au lieu de jeter toutes ces fleurs à la poubelle, l'horticulteur va fleurir les tombes du cimetière du Lude
Au lieu de jeter toutes ces fleurs à la poubelle, l'horticulteur va fleurir les tombes du cimetière du Lude - Sylvain Renou

Depuis le début du confinement, Sylvain Renou, un horticulteur installé au Lude (Sarthe), ne peut plus vendre ses fleurs. Les fleuristes sont fermés, de même que les grossistes et les jardineries. Alors, au lieu de les jeter, il va déposer 2.000 chrysanthèmes ce samedi après-midi sur les tombes du cimetière du Lude.

"Tout était à point pour les Rameaux"

Pourtant, dans les serres de Sylvain Renou, tout était prêt pour célébrer les Rameaux. Sur 6000 mètres carrés, des fleurs à perte de vue, des chrysanthèmes, des cinéraires, des géraniums, des hortensias. Le patron ne se fait pas d’illusion, il ne pourra jamais vendre son stock. "Tout était à point pour cette date là. Pour nous, cela représente une perte énorme. La production de fleurs pour les Rameaux, c'est pour un jour-J. Il y a plein d'essences, comme les cinéraires, que je ne vendrai pas après", regrette le patron de Renou Horticulture. 

Un geste de solidarité car les cimetières sont fermés au public

Alors pour ne pas jeter toutes ses fleurs à la poubelle, l'horticulteur a décidé de fleurir 2.000 tombes. "Les cimetières sont fermés au public. Depuis quelques jours, on recevait des appels de clients pour qu'on dépose des plantes pour eux. Cela nous donnera au moins l'impression de ne pas avoir travaillé pour rien", lance-t-il dans un sourire.

Des plants de légumes à la rescousse

Pourtant la situation économique de l'entreprise est délicate. Les fleurs représentent une grosse partie du chiffre d’affaires de Sylvain Renou, surtout en cette saison.  L'horticulteur espère s'en sortir grâce à sa production de plants de légumes. 

Des choux, des salades, des tomates et des fraisiers que l'horticulteur parvient à distribuer chez quelques épiciers et supermarchés des environs. "Cela ne nous permettra pas forcément de sauver la situation, mais grâce à nos plants de légumes, on va limiter la casse dans le temps", avance l'horticulteur qui espère obtenir dans quelques jours, l'autorisation de la préfecture de la Sarthe pour vendre directement, en drive, ses plants de légumes aux particuliers. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu