Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les travaux du nouveau pont de Pont-sur-Yonne ne seront pas suspendus

-
Par , , France Bleu Auxerre

Le tribunal administratif de Dijon qui a été saisi par l'Entreprise Fluviale de France et des bateliers a rejeté ce mercredi 12 mai le référé-liberté qui réclamait que les travaux du nouveau pont de Pont-Sur-Yonne soient stoppés.

Le nouveau pont de Pont-Sur-Yonne
Le nouveau pont de Pont-Sur-Yonne - Pascal Malbrunot

Les travaux du pont de Pont-sur-Yonne vont donc pouvoir continuer. La Fédération des entreprises fluviales de France, l'entreprise Logyonne (qui gère notamment le port de Gron) et plusieurs bateliers avaient saisi le tribunal administratif de Dijon en référé-liberté, estimant que le pont était trop bas (38 cm de moins que le précédent, mais selon le conseil départemental dans la légalité). 

Pas d'urgence à interrompre les travaux

La juridiction dijonnaise a estimé qu'il n'y avait "urgence" à interrompre ces travaux menés par le conseil départemental. Elle a débouté la fédération des entreprises fluviales, mais son président, Didier Léandri estime que le combat n'est pas perdu : "c'est une décision de pure forme, parce que le tribunal n' a fait que statuer sur la qualification de l'urgence à agir; le tribunal n' a pas eu à juger sur la gravité de l'atteinte au plan économique de la situation que nous connaissons depuis le mois de novembre." 

Des bateliers dépités

Du côté des bateliers qui étaient également associés à cette requête, c'est plutôt la soupe à la grimace. Pascal Malbrunot qui a participé à tous les mouvements de contestation contre ce nouveau pont, est dépité : "je ne suis pas ministre, je suis un petit artisan, s'ils ne veulent pas de nous, il faut nous le dire et on partira".

En attendant, le conseil départemental affirme ne pas fermer la porte au dialogue, dans un communiqué, il précise : "La collectivité se félicite que les travaux puissent se poursuivre conformément au calendrier et aboutir à une livraison fin juillet, dans l’intérêt des riverains et des entreprises. Ce pont, nécessaire à la vie locale et économique, assurera la parfaite sécurité des trafics routiers et fluviaux. Une réhausse restera par ailleurs possible techniquement, même après l’achèvement des travaux actuels. Comme il s’y était engagé, le Département reste ouvert au dialogue avec les différents acteurs impliqués, à l’issue du marché en cours."

Le conseil départemental prêt à rehausser le pont

Le président du conseil départemental de l'Yonne, Patrick Gendraud, précise même que si la circulation des bateaux se trouvait entravée à cause de la hauteur du pont, alors il n'hésiterait à rehausser ce pont. D'après le président du conseil départemental, Voies Navigables de France (VNF) aurait proposer de payer les travaux de rehausse du pont. Des travaux estimés entre un million et un million et demi d'euros et d'une durée d'environ trois mois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess