Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : LE + INFO de France Bleu Bourgogne

LE + INFO - Trois idées reçues sur le mouvement des routiers en Bourgogne

lundi 25 septembre 2017 à 10:26 Par Christophe Tourné et Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne

Alors que ce lundi 25 septembre sonne le coup d'envoi d'actions des routiers à l'appel de la CGT et de Force Ouvrière contre la réforme du Code du travail, en Bourgogne, le président régional de la FNTR la Fédération Nationale des transporteurs Routiers, Georges Grenier, répond à trois idées reçues.

BLOCAGE DES ROUTIERS
BLOCAGE DES ROUTIERS © Maxppp - Joël Le Gall

Dijon, France

Ces ordonnances vont apporter plus de flexibilité. Cela aura des conséquences dans les transports routiers ?

"Oui, mais on ne sait pas encore à quel niveau. Il est certain que les entreprises ont besoin de plus de flexibilité et de souplesse. Il faut arrêter le carcan qui nous empêchent de travailler. Par contre, dans ces ordonnances, on a aussi des craintes que certaines dispositions accentuent les difficultés de trouver des conducteurs."

Au lieu de ces ordonnances, le gouvernement aurait mieux fait d'harmoniser les normes au niveau européen ?

"En matière des transports, on se bat là dessus depuis que l'Europe existe. Ce qui fait mourir le transport routier en France, c'est la différence social et fiscale avec nos collègues des pays de l'Est. Si on prend les Allemands qui sont proches de notre réglementation, un conducteur allemand arrive à faire deux mille kilomètres de plus par mois qu'un conducteur français, donc même s'il est payé au même prix que nous, un conducteur allemand est beaucoup plus rentable pour l'entreprise !"

Ces ordonnances risquent de faire fondre les effectifs chez les transporteurs routiers en France ?

"Ça ne va pas dépendre automatiquement des ordonnances. On a un manque de conducteurs du fait d'une réglementation qui permet leur permet de partir en retraite un peu plus tôt, puisqu'on a le congés de fin d'activité qui permet de partie à 57 ans à condition qu'il ait fait 25 ans de conduite dans une entreprise de transports publics, et comme il y a une menace de suppression de ce CFA (Congés de fin d'activité), tous les conducteurs qui vont y avoir droit, vont partir !"