Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les vergers de Vinça détruits par la grêle

samedi 1 août 2015 à 18:24 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Roussillon

L'orage a frappé fort samedi soir. Du côté de Vinça, Bouleternère et Joch c'est même la grêle qui est tombée. Des grêlons gros comme des oeufs de pigeon qui ont ravagés les vergers de pêches, de nectarines, ainsi que les tomates, les choux et les potirons qui sortaient de terre. C'est un coup dur pour les producteurs.

Les tomates et les pêches ont été détruites par la grêle à Vinça
Les tomates et les pêches ont été détruites par la grêle à Vinça © Radio France

Ca fait presque 15 ans qu'il a repris l'exploitation de son père à Vinça et pourtant Michel Rabat n'avait jamais vu ça : "La dernière fois que j'ai vu un orage aussi violent à cette période, j'étais tout petit, j'étais gamin."

Samedi soir tout est allé très vite. La grêle est tombée d'un coup, de gros grêlons qui se sont abattus pendant 10 minutes, détruisant au passage les fruits sur les arbres et les légumes qui sortaient de terre. "Quand ça s'est arrêté j'ai tout de suite pris la voiture pour aller voir dans les vergers. Il y a des trous énormes dans les pêches, ça va pourrir", se désole Michel Rabat

Les trois-quarts de la production détruits

C'est difficile de faire un bilan aussi rapidement. Mais entre les pêches qui devaient être cueillies lundi et qui sont par terre, et celles à peine mûres qui ont été transpercées par les grêlons, il ne reste plus grand chose en bon état sur les branches.

"On en était à la moitié de la récolte, je vais peut-être réussir à sauver 20 % de ce qui reste, mais c'est même pas sûr, c'est terrible quand on a travaillé pendant toute une année de voir dans quel état sont les fruits." D'autant que Michel Rabat n'est pas assuré contre la grêle, "trop aléatoire" d'après-lui, c'est donc une perte sèche. Il pourra peut être récupérer quelques pêches qu'il mettra sur son stand de vente directe. Mais pour ses collègues qui vendent en coopérative c'est encore pire, puisque les contraintes sur l'aspect extérieur du fruit sont beaucoup plus strictes.

Il n'y a donc plus grand chose à faire à part attendre une bonne météo. "L'idéal, pour Michel Rabat, ce serait une bonne tramontane qui puisse faire sécher tout ça très vite, pour éviter que tout pourrisse."

La grêle a frappé les nectarines qui attendaient d'être cueillies  - Radio France
La grêle a frappé les nectarines qui attendaient d'être cueillies © Radio France - Anne Pinczon du Sel