Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les viticulteurs jurassiens parlent déjà d'une "récolte historique"

vendredi 2 novembre 2018 à 16:14 Par Florian Cazzola, France Bleu Besançon

Après une année calamiteuse, les viticulteurs du Jura retrouvent le sourire. Les vendanges s'annoncent historiques. Nicolas Caire, le président de la société de viticulture du Jura estime, ce vendredi, que la barre des 100.000 hectolitres devrait être franchie.

Nicolas Caire, le président de la société de viticulture du Jura (à droite) pendant les vendanges.
Nicolas Caire, le président de la société de viticulture du Jura (à droite) pendant les vendanges. © Maxppp - Philippe Trias

Jura, France

Invité de la matinale de France Bleu Besançon, ce vendredi, le président de la société de viticulture du Jura a le sourire. Le millésime 2018 s'annonce exceptionnel. Nicolas Caire parle même de "récolte historique". 

Le cap des 100.000 hectolitres pourrait être dépassé

Les vignerons les plus expérimentés comparent ce millésime à celui de 1947, année de référence dans le Jura, grâce aux conditions météorologiques et à un état sanitaire parfaits. "Nous n'avons pas encore les chiffres exacts, mais le volume des vendanges pourrait dépasser les 100.000 hectolitres, estime Nicolas Caire, le président de la société de viticulture du Jura. Cette récolte va faire beaucoup de bien. Ça va permettre aux professionnels de remplir leur(s) cave(s) avec un produit de grande qualité."

Après une année 2017 catastrophique en raison d'un épisode de gel tardif, les viticulteurs respirent donc de nouveau. "Ça ne permettra cependant pas de compenser les pertes, estime Nicolas Caire, très optimiste sur les ventes à venir. Grâce à ces récoltes, nous allons pouvoir consolider nos marchés." Le seul bémol, cette année,concerne le Savagnin. En raison de la chaleur, la récolte de ce cépage a été moins fructueuse qu’espérée.