Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les Yara bloquent l'usine de Pardies

mardi 3 octobre 2017 à 18:46 Par Axelle Labbé et Mathias Kern, France Bleu Béarn

Plus aucun camion n'entre ou ne sort du site de Yara à Pardies depuis 17 heures ce mardi. Les négociations du plan de sauvegarde de l'emploi ont repris ce matin, alors que l'usine doit fermer l'année prochaine. Et "ça n'avance pas" expliquent les syndicats.

L'usine de Pardies doit fermer l'année prochaine (photo d'archives)
L'usine de Pardies doit fermer l'année prochaine (photo d'archives) © Radio France - Axelle Labbé

Pardies, France

Les salariés de Yara à Pardies continuent de négocier le plan de sauvegarde de l'emploi, avant la fermeture annoncée de leur usine l'année prochaine. Mais lors de la réunion de mardi, les syndicats de l'usine, qui fabrique des produits chimiques, et la direction ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur le montant des primes de départ.

Un blocage de tous les sites de Yara en France?

Les négociations ont donc été interrompues, les 86 salariés se sont réunis en assemblée générale, et ils ont décidé de bloquer le site. C'est le seul moyen d'action qu'il leur reste, reconnait Jean-François Dérolez, représentant du personnel, élu CGT : "c'est le seul moyen qu'on a. C'est vrai qu'il n'y a pas beaucoup d'activité, le site est à l'arrêt, c'est un arrêt technique. Il ne nous reste plus que les camions à bloquer, même s'il n'y en a pas trop en ce moment. On espère étendre le mouvement à tout Yara France, sur les autre sites car les négociations sur le PSE sont loin d'être à la hauteur de nos espérances. Normalement, ça doit être proportionnel aux moyens du groupe, et là on est loin du compte. On nous propose des primes supra-légales, certes il y en a, mais on enlève aux plus anciens pour donner aux plus jeunes. Ce sont des règles d'apothicaires qui ne nous conviennent pas du tout, nous on trouve que le préjudice est identique pour tout le monde quand on perd son emploi, donc la somme doit être identique pour tous les salariés".

Les salariés menacent de bloquer le site de Pardies jusqu'à mardi prochain, jour de reprise des négociations. Ils devraient être fixés sur un éventuel repreneur le 20 octobre, lors du prochain comité de suivi en préfecture.