Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Levée du blocage de General Electric à Belfort

mardi 2 octobre 2018 à 18:15 Par Wassila Guittoune, France Bleu Belfort-Montbéliard

La quarantaine de salariés bloquant l'accès au site de General Electric à Belfort depuis lundi matin a suspendu son mouvement ce mardi. Les syndicats annoncent avoir obtenu gain de cause : six salariés vont en effet être embauchés sur le site

Une quarantaine de salariés ont bloqué le site de General Electric à Belfort durant plus de 24 heures
Une quarantaine de salariés ont bloqué le site de General Electric à Belfort durant plus de 24 heures © Radio France - Emilie Pou

Belfort, France

Après plus de 24h de blocage de l'usine, et plusieurs heures de négociation, la direction de General Electric a répondu favorablement aux revendications des salariés de Belfort. Une quarantaine d'entre eux se sont mobilisés depuis lundi matin pour réclamer l'embauche de six personnes en CDI. Ils ont ainsi obtenu gain de cause ce mardi. 

On a le devoir d'assurer un avenir à cette boutique

"Six personnes embauchées, cela parait très peu" réagit Saïd Bersy, élu CGT à GE, "mais avec l'embauche de six personnes, on assure un avenir à très court terme : il y a un besoin urgent de développer la filière nucléaire. On a le devoir d'assurer un avenir à cette boutique" conclut le syndicaliste.

L'avenir du site en question 

Ce blocage intervient alors que GE a annoncé en juin que son engagement de création nette de 1000 emplois en France d'ici fin 2018 était "hors d'atteinte". Cette promesse avait pourtant été prise par le groupe en 2015, lors du rachat des activités énergie d'Alstom. Fin avril, seuls 323 emplois avaient été créés par GE. De plus, un plan de restructuration est en cours dans le groupe à l'échelle mondiale, visant à supprimer 12 000 emplois dans la branche énergie, sans que l'on sache s'il touchera les salariés français.